Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Ma transition vers le végétarisme

Souvenez-vous : il y a un an, je lisais No Steak et ce livre changeait radicalement ma façon de manger. Quelques mois plus tard, Anticancer enfonçait le clou. Je n'ai pas reparlé de ma transition vers le végétarisme depuis, je me suis dit que la rentrée était l'occasion de faire le point ! 

Je parle de transition car les choses se sont mises en place lentement et qu'elles continuent à évoluer : à ce jour, je ne suis pas encore végétarienne à 100%, je mange du poisson en de rares occasions. Arrêter complètement est mon prochain objectif.

livres végétariens

Petit rappel des faits. Il y a encore quelques années, je mangeais de la viande à (quasiment) tous les repas : je ne résistais pas à un bon burger, il y avait toujours du jambon sur mes pizzas ou dans mes sandwichs, je salivais à l'idée d'un poulet rôti le dimanche midi, et je n'envisageais pas un apéro sans une tranche de saucisson. Je mangeais même du jambon au p'tit déj (hé oui...). Autant vous dire que je partais de très loin !

J'avais toujours aimé les animaux et j'avais une conscience écologique que j'imaginais plutôt élevée, mais j'étais tellement conditionnée à manger ainsi depuis toujours que je n'avais jamais vraiment remis en question mon alimentation.

Puis, en 2013, j'ai rencontré mon amie Laëtitia, avec qui j'ai énormément discuté. Elle m'a expliqué pourquoi elle était devenue végétarienne, sans me juger ni me pousser à le devenir. Simplement en m'exposant ses arguments, et aussi en me faisant goûter de très bonnes choses sans viande !

gâteaux chez amami
jus de fruits maison

Ça a déclenché quelque chose en moi. Petit à petit, l'idée de réduire ma consommation a fait son chemin, j'ai commencé à me renseigner sur le sujet et à lire des livres. Après Bidoche et Faut-il manger les animaux en 2013, j'ai réduit très fortement ma consommation mais je n'étais pas prête à devenir végétarienne. Je me disais que je pouvais consommer moins mais mieux, que j'aimais trop la viande pour arrêter, que je ne savais pas quoi cuisiner d'autre...

Cette phase a duré 2 ans, jusqu'à ce que je lise No Steak en 2015. Là, ça a été une grosse claque : j'ai décidé d'arrêter complètement de manger de la viande. Je n'ai pas réussi d'un coup, j'ai mis quelques mois avant d'y parvenir - j'alternais de longues phases sans viande et des périodes où j'en mangeais à nouveau, notamment pendant mes voyages à l'étranger ou aux repas de famille.

Mais la graine était plantée et, en mars 2016, je mangeais mon dernier morceau de viande (un sandwich au jambon dans un train, que j'ai mangé sans aucun plaisir).

J'ai en revanche continué le poisson, à petites doses. Mon objectif, à terme, est d'arrêter complètement : je n'en mange déjà plus du tout à la maison, uniquement parfois quand je vais au restaurant et qu'il n'y a pas d'option végétarienne à mon goût (je n'aime pas le chèvre et les restos aiment bien mettre du chèvre dans les plats végétariens).

Quant au végétalisme, pour le moment, ça me semble encore trop compliqué pour moi - mais c'est forcément une question qu'on se pose quand on devient végétarien... 

Cette transition suscite pas mal d'interrogations ou de remarques : voici celles qu'on m'adresse le plus souvent.

Pourquoi tu arrêtes la viande ?

Pour de multiples raisons : le bien-être animal bien sûr ; ma conviction qu'une espèce n'a pas à décider de la vie ou de la mort d'une autre, surtout pour des raisons complètement arbitraires (un chien c'est mignon, on ne le mange pas, mais une vache c'est moche, on s'en fiche) ; pour l'environnement ; pour ma santé ; pour celle des autres (on pourrait nourrir beaucoup d'êtres humains avec toutes les terres agricoles utilisées aujourd'hui pour nourrir les animaux). C'est un mélange de tout ça, aucune raison n'est plus importante qu'une autre pour moi. 

groseilles

Tu n'as pas de carences ?

Arrêter la viande m'a permis de découvrir des tas de nouvelles recettes et aliments. Je cuisine plus qu'avant, je mange énormément de légumes alors que je n'en consommais quasiment pas, mes repas sont beaucoup plus variés et je digère beaucoup mieux ! Je suis maintenant une grande amatrice de sarrasin, de quinoa, de chou rouge, de falafel, de champignons, de graines germées, de brocolis, d'épinards... Je ne me posais jamais la question des protéines auparavant - aujourd'hui, j'essaie de "compenser" (avec des légumineuses notamment). Et ma dernière prise de sang est meilleure que la précédente, faite à l'époque où je mangeais de la viande ;) 

repas végétarien chez mûre à paris
repas végétarien chez mûre à paris

Ça ne te manque pas ? Moi j'aime trop la viande !

Je pensais que ça serait beaucoup plus difficile que ça ; je vous l'ai dit, j'étais une grande fan de viande... Mais, aujourd'hui, en manger ne me manque quasiment jamais. Il m'arrive d'avoir envie d'un burger mais, très vite, un sentiment de dégoût prend le dessus. Je n'arrive plus à voir la viande autrement que comme un morceau d'animal mort (désolée, c'est un peu trash mais c'est mon ressenti aujourd'hui). Et puis, quand ça me manque, je mets ces deux choses dans la balance : d'un côté, mon plaisir gustatif, qui durera quelques minutes ; de l'autre, la vie d'un animal...

brocolis

Tu fais ça parce que c'est à la mode !

C'est effectivement un sujet "à la mode" en ce moment, et d'en entendre parler de plus en plus autour de moi a probablement eu une influence sur ma décision. Mais très sincèrement, changer son alimentation a un impact tellement important au quotidien que je doute que l'effet de mode soit suffisant pour tenir sur la durée. Je rajouterai que je suis bien contente que ça soit "tendance" d'être végétarien : si ça peut pousser de plus en plus de gens à réduire leur consommation, ça sera très bien pour la planète :) 

Voila où j'en suis aujourd'hui - toujours en évolution mais de plus en plus à l'aise avec mes convictions. Si vous envisagez de réduire votre consommation de viande, si c'est un sujet qui vous intéresse, si vous avez envie de le creuser, voici quelques ressources qui peuvent vous intéresser. 

-> Mes articles sur No Steak - Faut-il manger les animaux - Bidoche (c'est amusant pour moi de les relire, j'y retrouve toute mon évolution vis-à-vis du végétarisme).

-> La page Facebook créée par ma copine Laëtitia : un lieu de discussion ouvert et bienveillant pour tous ceux que le sujet intéresse. L'objectif de la page est de s'entraider, de partager des recettes, de réfléchir, sans jamais se juger les uns les autres.

-> Un blog référence en France : celui d'Antigone XXI. Des recettes mais aussi des lectures et plein de réflexions sur le véganisme. C'est hyper intéressant !

-> Comme livre de recettes, je vous conseille Mon premier dîner végétarien qui propose de délicieuses recettes (notamment des super lasagnes basilic / champignons). Mais aussi Healthy Vegan de Marie Laforêt : une référence en matière de cuisine vegan. Ses livres sont jolis et bien faits, tout est hyper appétissant...

-> Pour trouver des idées de repas, ma petite astuce, c'est de regarder les menus des restos ! Chez Mûre par exemple (un endroit que j'adore), ils publient chaque jour sur Facebook le menu du jour (et l'effacent le soir). J'enregistre souvent l'image et je vais régulièrement piocher des idées de salades, pizzas ou quiches. Comme j'aime tout ce qu'ils font (et qu'ils arrivent à me faire adorer des trucs que normalement je déteste), je sais que ça sera réussi.

N'hésitez pas à partager votre ressenti sur le sujet en commentaires - restons juste bienveillants si possible, même si c'est un sujet qui divise :)


Vous aimerez aussi


Ma transition vers le végétarisme
71 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

  • Je suis en cours aussi, même si beaucoup plus loin que toi. Comme je vis chez mes beaux-parents et que mon beau-père met un point d’honneur à cuisiner pour nous, c’est assez délicat de ne pas en manger :/ Du coup, je compense quand je suis dehors ou chez ma mère et on cuisine sans viande, ni poisson.

    Par contre, je ne mange quasi plus d’oeufs (à part battus dans les gâteaux, mais ils viennent du jardin donc je fais un peu la part des choses) et de lait, un tout petit peu de fromage de temps en temps, rarement de vache.

    Je vais bientôt avoir de nouveau mon chez moi avec mon mec, donc on a dit qu’on allait s’offrir les deux Vegan de Marie Laforet pour mieux manger et avoir des idées, on est sur la bonne voie !

    répondre

    • C’est effectivement délicat quand on n’est pas chez soi :/ Je me souviens qu’à Noël dernier, j’étais chez ma tante et elle avait cuisiné du canard. Quand j’ai vu sa tête déconfite (de canard – ahah, pardon) quand je lui ai dit que je n’en mangerais pas, j’ai culpabilisé et j’ai fini par accepter pour lui faire plaisir… (j’ai culpabilisé d’avoir craqué et en plus, je n’ai pas du tout savouré mon assiette)

      Chacun son rythme en tous cas, et oui, les deux Vegan sont vraiment géniaux ! Je pense que je vais m’acheter Joyeux Noël Vegan aussi, il sort en novembre. J’adorerais proposer un diner vegan à ma famille pour leur montrer qu’on peut se régaler sans produits animaux… mais je ne suis pas sûre qu’ils soient partants… On verra bien !

      Bon futur emménagement à toi et à ton copain en tous cas :)

      répondre

  • Article très intéressant et pas de jugement ni dans un sens ni dans l’autre, c’est appréciable !
    Je ne suis pas végétarienne (et plutôt loin de l’étape « Penser à le devenir ») mais j’avoue préférer acheter de la viande et des oeufs de qualité de préférence bio. Après avoir passé quelques mois en Allemagne, je peux te dire qu’en France on est pas si mal lotis… Là-bas j’avais beaucoup réduis ma consommation de viande car je n’en trouvais pas de bonne qualité.
    Mais du coup j’avais encore deux questions : achètes-tu du cuir ? et quid des maquillages et soins testés sur les animaux, qu’en penses-tu et en utilises-tu ?

    répondre

    • C’est sûr qu’il y a pire que la France mais ce n’est pas la panacée non plus, loin de là :/ Toutes les vidéos qui sortent dernièrement sur les abattoirs ; la ferme des 1000 vaches ; le problème des nitrates en Bretagne… Quand j’avais lu « Faut-il manger les animaux », on m’avait beaucoup dit « oui mais c’est aux États-Unis, en France ce n’est pas pareil » et je me méfie beaucoup de ces arguments qui permettent de se déculpabiliser et de continuer à fermer les yeux (je me permets de le dire car je me suis longtemps retranchée derrière tout ça) :/

      Pour le cuir, j’en achète très peu et je fais de plus en plus attention – je porte surtout des baskets Veja en toile, j’utilise beaucoup de tote-bags en tissu… J’ai quand même un sac et quelques paires de chaussures en cuir, achetées il y a plusieurs mois / années. Je n’ai pas encore forcément le réflexe mais j’essaie d’aller dans ce sens.

      Pour le maquillage, aujourd’hui je ne me maquille quasiment plus, je mets juste du rouge à lèvres, et c’est une copine qui me l’a offert donc je t’avoue que je ne sais pas s’il a été testé ou pas :/ Je ferai attention au prochain que j’achèterai. J’utilise très peu de soins aussi – j’achète gel douche et shampooing en gros bidons à la Biocoop (mais je ne sais pas s’ils ont été testés – le label Ecocert ne garantit rien là-dessus), et mes quelques autres produits sont de la marque Weleda, qui ne teste pas.

      C’est parfois difficile de se débarrasser de ses vieux réflexes, mais voila en gros où j’en suis aujourd’hui :) N’hésite pas si tu as d’autres questions !

      répondre

      • Je suis d’accord avec toi, mais ayant de la famille vivant de l’élevage, c’est compliqué de se dire stop complétement… Et je te citais le cas de l’Allemagne plus dans le sens où en n’ayant que des espèces de saucisses recomposées aux couleurs plus qu’étranges dans les rayons des supermarchés et en voyant des milliers (millions ?) de demis-poulets qui n’avaient très probablement jamais vu la couleur du ciel, j’étais très proche de ne plus manger de viande…

        Merci pour tes réponses, et franchement Weleda je plussoie x100, j’aime cette marque ;)

        répondre

        • Oui je comprends tout à fait, l’environnement familial est important et ça ne doit pas être simple d’aller à l’encontre de ce qui les fait vivre :)

          répondre

  • (Attention rommannnn) Ah je réfléchissérieusement sur le sujet depuis quelques mois, pour la question animale certes, mais surtout pour une raison environnementale égalemement. En fait je suis contente de pouvoir en parler en fait, et d’être enfin en accord avec ma conscience et mes valeurs (presque presque …).

    Je fonctionne par étapes aussi. Je débarrasse progressivement mon congélateur de la viande qu’il peut contenir, mon placard se rempli peu à peu de légumineuses, de soja, de farines complétes, de différents riz et même de protéînes de soja (je fais beaucoup de sport).

    De fil en aiguille, et même si j’ai pas le temps, j’ai totalement repensé ma consommation au quotidien du coup, je consomme local, et bio si possible, de saison toujours désormais (j’ai mangé moins d’avocats cet été par exemple, et finis les fruits rouges :(

    Cela m’a emmené à repenser sur ma consommation sur les déchets et j’ai la chance d’avoir aussi une épicerie sans déchets bio et locale à Toulouse, et j’essaie de les diminuer de plus en plus, en modifiant petit à petit mes habitudes ancrées.

    J’ai pas révolutionné pour autant ma manière de vivre, elle évolue juste doucement. Je fais des écarts, autant alimentaires que mon mode de consommation de temps en temps (les barbecues l’été c’est dur…, mais je considére pas ça comme des erreurs, j’essaie de faire au mieux au final, je suis pas parfaite, j’essaie juste d’être en accord avec moi-même. En tout cas je vis mieux et je me sens mieux :)

    Merci pour toutes les idées de blogs, je vais voir ça de suite ! :) Et je suis d’accord, pour une fois « qu’une mode » est bienveillante, allons-y ! (en vrai c’est juste les bols de porridge, jolis avec un une quantité gargantuesque de sucre de fruit inutile, qui sont à la mode ^^) (pardon ^^).

    répondre

    • Merci pour ton commentaire, et j’adore les romans ;)

      Effectivement je pense que c’est un tout : quand on commence à s’intéresser à ce qu’on mange, on réfléchit aussi au reste de sa consommation, et c’est passionnant même si ça fait prendre conscience qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir… Comme tu le dis, le principal c’est d’être le plus possible en accord avec ses convictions, personne n’est parfait mais se poser les bonnes questions, c’est déjà beaucoup !

      Pour les barbecues, je ne l’ai pas lu mais j’ai entendu beaucoup de bien du livre « Barbecue Vegan » de Marie Laforêt. Ça m’intrigue pas mal, mais en habitant à Vincennes dans un appartement, je n’ai pas vraiment l’occasion de tester… (en même temps, ça évite aussi les tentations, car c’est vrai que le barbecue fait partie de mes madeleines de Proust…)

      (et j’aime pas le porridge ahah)

      répondre

  • Quelques mots qui me parle beaucoup. J’ai un parcours semblable au tiens et je suis rendue au même point, plus d’un an sans viande, et très peu de poisson. Je m’en vais aussi pour l’éliminer complètement de mes repas :) un mode de vie que je ne pensais pas être capable d’adopter et pourtant… Je ne regrette absolument pas. Par contre, je me demander si en France, il est facile de pouvoir trouver des alternatives dans les restos? Xxxx

    répondre

    • Pour les restos, généralement ça se passe bien même si le choix est parfois limité :)

      Il y a toujours soit un plat végétarien (pas forcément étiqueté comme tel mais quand tu regardes les ingrédients, tu vois que c’est le cas : une grosse salade composée de plein de légumes, un plat de pâtes avec une sauce sans viande, ou alors il faut prendre une soupe en entrée et un gros dessert et zapper le plat…), soit la possibilité de rendre un plat végétarien (« je vais prendre l’assiette italienne, mais sans le jambon »). La deuxième option marche assez bien et c’est un bon moyen de voir si les assiettes sont préparées à la commande ou pas ;)

      Le seul hic, c’est quand tu vas dans un resto un peu cher où seule la formule du midi est abordable, et où tu n’as que deux plats du jour, un de viande et un de poisson. Ou alors quand tu tombes sur un restaurateur un peu borné qui n’aime pas les végétariens… Ou dans un resto de burgers qui n’a pas de burgers végétariens (de plus en plus rare quand même, mais ça arrive).

      Je pense qu’en revanche, c’est beaucoup moins évident pour les végétaliens :/

      répondre

  • Je ne sais pas si un jour j’arrêterai de manger de la viande. Rien que l’odeur d’un poulet rôti et je fond. J’ai déjà énormément diminué ma consommation. Je mange de plus en plus de repas veggie. Je verrai dans quelques années peut être.
    Merci pour tes conseils que j’ai lu avec attention.
    Des bises
    Coline

    répondre

    • Ah oui l’odeur du poulet rôti, j’avoue, me fait toujours saliver ;) Mais oui, chacun son rythme et ses envies, je ne juge personne, l’important c’est de se poser des questions et de réfléchir à ce qu’on met dans son assiette :)

      répondre

  • Je suis si si si fière de toi ! C’est bête parce que c’est vraiment un chemin que l’on fait tout seul mais je t’apprécie (pour ne pas dire t’aime, on est pas là pour chouiner hein :D) encore plus de savoir que tu ne manges presque plus d’animaux et que tu as une conscience globale des choses. Voilà, mon commentaire n’apporte rien mais c’était juste pour te (re)dire ça <3

    répondre

  • Je ne mange plus de viande depuis plusieurs mois maintenant (j’ai ressenti de l’écoeurement presque du jour au lendemain, même si mes réflexions internes quant à ce que je mets dans mon assiette sont plus anciennes). Je conserve les oeufs (bios), le poulet (bio) et le poisson et crustacés car j’adore ça et je ne me vois pas du tout m’en passer aujourd’hui.
    Mes assiettes sont très très souvent végétariennes et je m’essaie même au tempeh et au seitan (pas très convaincue par celui-ci d’ailleurs :)
    Et depuis que je mange bien plus de fruits et de légumes, je me sens bien mieux : plus de somnolence à 14h, moins de ballonnements … Et surtout, j’ai du mal à m’en passer !

    Ce n’est pas toujours évident, surtout en famille mais bon, petit à petit, j’apprends à gérer mes nouveaux goûts :)

    Bravo pour ton cheminement et ton billet, très bien illustré de liens que je vais m’empresser d’aller découvrir !

    répondre

    • Je te rejoins sur le moins de ballonnements, c’est assez incroyable :) C’est vrai qu’on y prend goût, le corps s’habitue aux bonnes choses qu’on lui donne ! Et aux mauvaises aussi d’ailleurs : j’ai très mal mangé lors d’un voyage précédent (plein de sucreries, de chips etc) et à mon retour, mon corps en réclamait sans arrêt ! Bref, c’est un autre sujet, je m’emballe ^^

      Merci pour ton commentaire en tous cas :)

      répondre

  • Bonjour !
    Ça fait plaisir de lire cet article, ça se pressentait de plus en plus que tu réduisais ta consommation de viande et souhaitais devenir végétarienne, c’est vraiment chouette que tu réussisses à adapter ton régime alimentaire à tes convictions :).
    Pour ma part j’en suis au même stade que toi depuis 6 ans : plus du tout de viande mais je mange encore parfois du poisson, quand je n’ai pas d’autre choix, et à terme j’aimerais également être végétarienne. Venant de quitter ma coloc’ d’étudiante, je vais également essayer de passer aux laits et crèmes végétales pour chez moi, j’ai déjà réduit ma consommation d’oeufs et n’en choisi que bios et de code 0… Ce n’est pas encore parfait, mais ça me correspond et me convient, je ne me sens pas obligée de devoir rentrer dans la case du végétalisme en étant parfaite en tout point, parce que le plus important c’est de se sentir bien dans son quotidien !
    C’est pourtant pas toujours facile, il y a quelques semaines je suis allée manger chez mes grands-parents et ils avaient préparés un couscous : mon grand-père avait fait exprès de me faire cuire des légumes à part de ceux dans le jus de viande, mais ma grand-mère ayant encore oubliée que je ne mangeais pas de viande à tout mélanger juste avant qu’on passe à table… bon bah j’ai mangé que de la semoule ^^ pas toujours rigolo, et pas toujours bien compris d’ailleurs (mais je ne peux pas leur en vouloir, ils ont connu la guerre et ne rien avoir à manger, ce n’était pas du tout la même mentalité).

    En tout cas je trouve ça génial que le courant végé progresse de plus en plus, parce qu’il y a 6 ans quand j’ai arrêté la viande j’étais au lycée et personne ne comprenait ma démarche, personne ne savait ce qu’était le végétarisme. Mes copines pensaient juste que je cherchais à manger léger alors que rien à voir ^^

    Belle journée à toi !

    répondre

    • Les laits végétaux c’est mon prochain terrain d’exploration je crois ! (même si je ne consomme pas de lait de vache brut ni de crème fraiche, uniquement des yaourts et un peu de fromage, je me dis que ça pourrait m’ouvrir plein de nouvelles possibilités)

      Pas évident les grands-parents, je trouve ça touchant qu’ils aient fait cet effort (même s’il y a eu oubli à la fin) :) C’est vrai que c’est une autre génération – je n’ai pas osé dire à ma grand-tante que je ne mangeais plus de viande, je sais qu’elle ne comprendrait pas : pour elle la viande c’est la santé, la richesse etc… Heureusement que quand je la vois, c’est plutôt à l’heure du goûter.

      Merci pour ton commentaire en tous cas, bonne journée à toi aussi !!

      répondre

  • Bravo Juliette pour ce super article et merci pour les astuces, j’adore voir les blogueuses parler de plus en plus du végétarisme (et vous être synchro avec Coline aujourd’hui hihi).

    répondre

  • Bravo Juliette ! C’est vraiment chouette ! (De rien pour la rime…) Je suis fan de cet article même si je ne suis pas végé :P
    Perso, je suis ce qu’on appelle « fléxitarienne » : je mange de la viande une fois par semaine environ mais en circuit court et « de meilleure qualité ».
    Cela peut encore sembler barbare pour un vegan mais je n’ai pas d’autre argument que l’écologie pour tendre vers le végétarisme (je ne suis pas très sensible à la cause animale et mon beau-père me rapporte du bar et des maquereaux de ses aprèm’ pêche, difficile de résister pour le moment ^^)… Et comme toi, j’ai redécouvert la richesse de la cuisine de légumes, légumineuses, etc. #TeamFalafel Mon plaisir ultime est de manger les légumes de mon potager avec une simple vinaigrette. Aujourd’hui, je suis tellement heureuse d’avoir changé ma manière de consommer (et de ne plus aller au supermarché #supplice) qu’un retour en arrière n’est même pas envisageable !
    Bon courage pour ta dernière étape, peut être la plus difficile ! Et encore bravo :)
    Bises !

    répondre

    • Je dois t’avouer un truc : je suis extrêmement jalouse de tes photos de tomates sur Twitter ^^

      Je suis moins gênée par la pêche quand elle est pratiquée de cette manière. J’ai revu aussi mon avis sur la chasse, un peu, quand le chasseur mange sa proie. Je ne le ferais pas, mais finalement, je trouve ça presque plus acceptable que les horreurs de l’élevage intensif… C’est plus « naturel » en quelque sorte (même si je ne suis pas 100% à l’aise avec ça).

      Merci pour ton commentaire en tous cas !

      répondre

      • Haha, un travail de longue haleine les tomates… Et aussi bizarre que ça puisse paraître, il y a rien qui ne me paraît plus logique que de ne manger quasiment que ce qui pousse naturellement dans la terre maintenant. C’est tellement de travail et d’appréhension de la nature que j’ai développé un respect incroyable pour l’agriculture bio et je voue désormais un culte aux légumes ! J’espère te faire goûter mes Noire de Crimée un de ces jours ;)

        Oui je vois très bien ce que tu veux dire… Tout est plus ou moins acceptable lorsque c’est fait d’une manière raisonnée et intelligente (ce qui n’est pas le cas de 95% de ce qui est issu de l’industrie agro-alimentaire) :)

        répondre

  • Ton évolution est très intéressante à lire, et me parle aussi pas mal ! Je me suis aperçue que je développais de plus en plus un dégoût de la viande, qui est passé d’intellectuel à réel (mais je n’ai jamais été grande consommatrice non plus). Et c’est vrai que ça peut apparaître comme « dans l’air du temps », mais il y a eu tellement de scandales dans l’industrie agro-alimentaire que le fait de se nourrir (re)devient politique alors que nous ne sommes pas dans une situation de manque mais de surproduction. C’est essentiel d’en parler et de voir les choses à long terme ! Bref, je pourrais partir dans une diatribe ^^. En tout cas, je ne peux pas encore dire que je vais complètement arrêter car je n’en suis pas (encore ?) là (par exemple, j’adore le poisson et les crustacés, c’est encore difficile de faire passer ma réflexion avant mon goût… même si je consomme raisonnablement et de petites pêches), mais j’ai l’impression que le glissement naturel de ma réflexion va m’y amener :) C’est aussi pour ça que j’aime lire tes billets dessus, je trouve ça intéressant de montrer le parcours, c’est un work in progress :)

    répondre

    • C’est un sujet tellement intéressant, je comprends ton envie de développer, j’ai dû me forcer aussi à ne pas écrire un roman :) La situation est complexe, comme tu le dis, avec une surproduction d’un côté mais aussi des gens qui meurent de faim… :/ Merci en tous cas – effectivement c’est du work in progress qui s’étale sur plusieurs années : je vois peu l’évolution au quotidien mais en retrouvant mes articles précédents, je me rends compte que j’ai pas mal modifié mes habitudes. Et je me dis que dans deux ou trois ans, quand je retomberai sur celui-ci, je me dirais que j’étais encore loin du compte ;)

      répondre

  • Si « No STeak » a changé ta façon de voir les choses, alors regarde « Cowspiracy » film documentaire sur l’impact de l’élevage sur la planète, c’est atterrant ! (il est dispo sur Netflix si t’es abonnée). Je trouve vraiment dommage qu’il n’existe pas en livre (à ma connaissance) car j’ai du mal à retenir toutes les données chiffrées que le film présente.
    « MILLA »

    répondre

    • Delphine / 7h09

      Ce documentaire est fantastique ! J’invite tout le monde à le voir car il ne s’agit pas uniquement de la suppression des produits venant des animaux mais aussi et surtout de l’impact de l’élevage animal intensif sur l’environnement. Ensuite, à chacun de choisir ce qu’il met dans son assiette mais au moins, on est informé. Dernière précision : c’est un film nord-américain donc la réalité ne correspond pas toujours à la réalité française. On peut le voir gratuitement (sous-titré en français, en streaming) notamment ici :
      https://culturedocumentee.wordpress.com/2015/01/31/cowspiracy-the-sustainability-secret/

      répondre

    • On m’en a parlé plein de fois, il faut que je le regarde en effet ! (je ne suis pas abonnée Netflix mais j’ai vu qu’on pouvait le télécharger pour quelques euros) Merci !

      répondre

  • Je me reconnais dans absolument tout ton article, j’ai entamé ma transition à peu près en même temps que toi, pour les mêmes raisons, et j’en suis exactement au même stade: plus de viande ni poisson à la maison mais encore un peu de poisson en de rares occasions, et j’assume de plus en plus mon choix. La viande ne me manque pas non plus, l’odeur des barbecues cet été était certes alléchante mais comme toi je repense bien vite aux raisons qui m’ont fait arrêter d’en manger et ça me coupe net toute envie. Je culpabilise de plus en plus quand je mange du poisson mais j’en raffole alors je n’ai pas encore réussi à le supprimer totalement… c’est aussi mon prochain objectif! On va y arriver!!! ;) D’ailleurs si ça t’intéresse j’ai aussi parlé récemment de ma transition sur mon blog!

    répondre

    • Il est super ton article, j’aime beaucoup la partie sur la pédagogie : ne pas s’énerver, même quand on entend des énormités ;)

      répondre

  • Coucou Juliette (et les autres!),

    Un article qui me parle car le sujet me touche beaucoup. C’est aussi après la lecture de « Faut-Il manger les animaux » et « No steak » que j’ai arrêté de consommer de la viande, il y a 3 ans. Je pense que j’avais toujours été relativement mal à l’aise avec l’idée de manger des animaux (morts) mais les habitudes ancrées et la culture gastronomique dans laquelle on vit rendent la remise en question difficile, et jusqu’à cette prise de conscience, je n’avais jamais vraiment réfléchi à ce que je mettais dans mon assiette, c’était juste normal et logique de consommer des lardons dans mes pâtes et de manger des burgers saignants.

    Alors qu’en fait, non. Car cela va à l’encontre totale de ce en quoi je crois! J’estime qu’il n’existe aucune raison valable d’exploiter, faire souffrir et tuer les animaux pour notre petit plaisir gustatif, d’autant plus quand on connaît les ravages écologiques des exploitations animales.
    Aujourd’hui, je me sens bien plus droite dans mes bottes et en accord avec mes convictions, c’est chouette! A la maison, je ne consomme plus jamais de viande ni poisson, ni aucun produit d’origine animale (le lait et les crèmes ont été remplacés par des alternatives végétales), exception seulement pour le parmesan, je n’ai pas encore trouvé d’alternative satisfaisante et bon, je vis avec un Italien, les pâtes sans parmesan, c’est dur. ^^

    A l’extérieur, il m’arrive encore exceptionnellement de consommer des fruits de mer, mais j’aimerais arrêter, ça va se faire. Sachant qu’on mange beaucoup de cuisine italienne, la transition vers le végétarisme a été plutôt facile: les recettes de pâtes et de risottos végétariens foisonnent et peuvent se décliner à l’infini!
    J’ai juste encore un peu de mal à réguler mes apports en protéines et fer, car je digère mal les légumineuses (les lentilles, c’est impossible), ça ne rend pas la tâche facile tous les jours.

    Bref, parlons-en, ça ne peut faire que du bien! Les consciences s’éveillent, chacun peut cheminer petit à petit vers un mode de vie plus respectueux des animaux et des autres, plus humain en somme.
    Chouette! :)

    Célestine

    répondre

    • Ah la la le parmesan, je te comprends ^^ Ici, le plus dur serait d’arrêter les yaourts – j’ai commencé à diminuer en mangeant des compotes mais je craque souvent à la Biocoop pour des yaourts à la myrtille découverts il y a peu et tellement bons, argh :/ Mais bon, petit à petit…

      C’est vrai que la cuisine italienne est super bien pour ça ! On se fait des pizzas maison végétariennes une fois par semaine, un régal :D

      Merci pour ton chouette commentaire :)

      répondre

  • Super Juliette, je suis ravie de te voir aussi épanouie et radieuse! Je sais pas si c’est du au végétarisme mais je trouve que de manière générale lorsque l’on aligne son mode de vie à ses valeurs et bien on rayonne… Et ca c’est formidable! Pour ma part, je suis en transition de végétarisme vers le veganisme et j’avoue que c’est pas simple. Ca prend du temps mais j’avance a mon rythme. Je suis ravie de suivre ta progression et d’avoir rejoins le groupe de Laetitia dont je ne connaissais pas l’existence. Merci à toi et gros bisous.

    fAbienne

    répondre

    • Oh c’est gentil ! En effet, vivre plus en accord avec mes convictions, découvrir plein de nouveaux aliments, et globalement manger plus équilibré, me fait du bien je pense :) Bienvenue dans le groupe Facebook et à très vite !

      répondre

  • Félicitations pour ta transition c’est très courageux. J’ai une question : Est que Gaëtan est lui même devenu végétarien du coup ou dois-tu préparer plusieurs repas ? Parce que vivre en couple et avoir parfois des convictions différentes peut s’avérer compliqué :)

    répondre

    • Gaëtan est végétarien à la maison, on mange exactement la même chose – ça serait effectivement un peu compliqué de préparer plusieurs repas, et il est très concerné par le sujet également :) Il mange encore parfois de la viande le midi en revanche, mais moins qu’avant quand même.

      répondre

  • Bravo ma poulette ! Cet article me fait plaisir, tu t’en doutes ;) Non seulement du fait des discussions qu’on a eues, mais aussi parce qu’avec ton blog, je sais que tu vas planter des graines de réflexions chez pleins de gens, c’est super ! Et Gaëtan alors?

    répondre

    • J’espère réussir à planter des graines comme toi et Laëtitia l’avez fait chez moi :) Gaëtan me suit à la maison, un peu moins au resto mais il chemine aussi, je le sens ! Bisous !

      répondre

  • En voilà une bien belle transition! Tu as raison de le faire à ton rythme, on ne change pas ses habitudes d’un coup de baguette magique. Pour ma part, j’ai arrêté tous les types de viandes du jour au lendemain et ça ne m’a jamais manqué. Aujourd’hui, non seulement je n’y pense plus mais je ne supporte pas non plus l’odeur (surtout la charcuterie!).
    J’aimerais passer vegan mais je suis accro au fromage et comme tu le fais remarquer à raison, tous les plats végétariens à l’extérieur sont à base de chèvre (et j’adore le chèvre donc bon…).
    Il faut aussi que la société évolue et elle le fait dans le bon sens parce qu’on trouve de plus en plus d’alternatives végétariennes/véganes.
    Bonne continuation!

    répondre

    • C’est vrai que les alternatives se développent de plus en plus et c’est génial ! Rien qu’au Carrefour Market en bas de chez moi, il y a maintenant une gamme Veggie au rayon frais (avec des falafels trop bons, et même des nuggets qui ressemblent à s’y méprendre à des « vrais »), ça facilite quand même pas mal le quotidien (même si j’essaie d’aller de moins en moins au supermarché, et de plus en plus à la Biocoop et chez un petit primeur) :)

      répondre

  • Merci pour cet article sans jugement (le végétarisme peut être tellement mal vu, mal interprété, utilisé pour l’effet « mode »,…)!

    Est-ce que tu ressens des effets bénéfiques du végétarisme sur ta santé globale? Est-ce que tu te sens mieux dans ton corps, en meilleure santé? Je me pose beaucoup de question par rapport à ça. Notamment par rapport à la consommation de légumes, de soja, et autres produits que l’estomac a généralement du mal à assimiler.

    Actuellement, je n’en suis pas (encore) à supprimer complètement la viande de mon alimentation. Mais je suis dans une démarche progressive de végétarisme, de respect de l’environnement, de consommation de proximité,… Donc cet article est très intéressant pour moi!

    répondre

    • C’est difficile à dire pour ma santé globale – je ressens quand même moins souvent d’inconfort digestif je dirais. Après, être végétarien ne veut pas forcément dire mieux manger : tu peux être végétarien et manger des frites à tous les repas, et tu ne seras donc pas en meilleure santé ;)

      répondre

  • Très bon article comme souvent pour ne pas dire toujours …. Je mange de moins en moins de viande non par dégoût mais par éthique mais beaucoup plus de poissons et de crustacés .
    J’ai deux chiens et j je serai dégoûtée à l’idée de les dévorer, alors pourquoi aimer plus la viande de bœuf…Évidemment comme tu l’écris si bien, notre éducation y est certainement pour quelque chose. A 42 ans, je crois que je peux prendre du recul :-) et puis manger sain est un sujet qui me préoccupe beaucoup ! Alors je crois que je suis sur la voie du végétarisme….
    Si tu as d’autres adresses, blog, astuces, recettes à nous faire partager elles sont les bienvenues !!! Merci Juliette

    répondre

  • Superbe article ! Moi aussi je m’y retrouve. A la maison je suis végétarienne. A l’extérieur, je suis flexitarienne (= j’évite de consommer de la viande au resto et j’en mange en petites quantités chez les amis – idem pour le poisson pour lequel il me reste un peu plus de chemin à parcourir). J’ai considérablement réduit ma consommation de lait animal. Et je n’utilise que les œufs de mes poules. Si elles ne pondent pas, tant pis je me passe d’œufs. Je ne me maquille plus, et n’utilise que des produits type aloe Vera, huiles végétales et beurres végétaux. C’est tout. Là où l’effort est le plus complexe pour moi, c’est au niveau du lait : fromages, beurres… Je suis mal à l’aise face à l’industrie du lait. Je déplore les méthodes utilisées dans l’élevage. Bref, c’est ma petite faiblesse. J’ai beaucoup changé mais je garde en tête les efforts à fournir. Merci pour ton article. Merci aussi à ceux qui commentent. Se sentir moins seuls dans cette démarche donné du courage !!

    répondre

  • Je te remercie pour cet article super ouvert. C’est hyper appréciable parce que comme de plus en plus de gens sur la blogosphère deviennent végétariens/végétaliens (du moins j’ai l’impression), je trouve que c’est très culpabilisant de lire tout ça quand on mange de la viande. J’ai souvent l’impression d’être un monstre.
    Mais comme tu le disais, même si c’est « une mode » et même si tout le monde ne devient pas pour autant végétarien (comme moi) ça a au moins le mérite d’élever les consciences et de faire réfléchir. A force de lire des articles de partout, j’ai vraiment l’impression d’être sensibilisée à cette question.
    De mon côté si j’aime beaucoup la viande, je suis très loin d’en manger tous les jours non plus. J’en mange plutôt le WE je dirai.
    J’essaie de limiter ma consommation au mieux mais tant que je vivrai chez mes parents, je pourrais pas faire plus. C’est comme toi avec ta tante (si j’ai bien suivi), mes parents et toute ma famille d’ailleurs considèrent la viande comme un gage de santé (et aussi de richesse). Des cousines sont devenues végétariennes et ma mère m’a clairement dit que si je faisais pareil soit je mangerai de la viande chez eux soit je ne viendrai plus. Elle trouve qu’elle n’a pas à s’adapter aux particularités de chacun (pour dire sa gentiment haha).
    Bref sujet très conflictuel chez moi (pourtant j’ai tenté des discussions de sensibilisation haha) et je pense dans beaucoup de familles en France.

    Merci pour tous ces supers liens, je vais aller lire tout ça !

    répondre

    • Delphine / 7h09

      Barbatrucs : si je peux me permettre, ta phrase (enfin, celle de ta maman) sur « s’adapter aux particularités de chacun » a retenu mon attention. En fait, quand on ne mange pas de viande (ou d’autre chose d’ailleurs), on ne demande pas aux autres (par ex. ceux qui nous invitent) de nous faire autre chose ! On mange de tout sauf de la viande et c’est tout. Et perso, il y a bien longtemps que j’ai arrêté les « discussions de sensibilisation » (genre « pourquoi moi je refuse de manger du foie gras ») :)

      répondre

    • Je n’avais jamais pensé que cette transition pose pb dans certaines famille. Même si je ne suis pas vraiment végétarienne(j’ai du mal avec ces stupides étiquettes!) dans ma famille c’est passé inaperçu, même si parfois on me demande pourquoi je n’ai pas pris le morceau de viande (je suis connue pour mon petit apetit…). Ma sœur a entamé le même chemin sans que je n’y soit pour rien du tout! On l’a fait chacune de son coté! Pour ma part c’est vraiment parti d’une démarche écologique, pour réduire mon impact environnemental, si les autres ne sont pas contents, tant pis pour eux, j’en ai rien à faire!

      répondre

      • C’est un sujet très sensible, l’alimentation, surtout en France où on aime bien la bonne nourriture :) Je pense qu’en plus, quand on évoque son végétarisme, on provoque chez les autres un sentiment pas forcément très agréable : comme tu le dis, Barbatrucs, ça peut donner l’impression à l’autre qu’il est un monstre. D’où, je pense, pas mal de remarques parfois désagréables…

        répondre

  • Bonjour,

    Merci pour ton article qui pousse à réflexion.
    Je suis d’accord avec toi sur certains points, sur toute l’idéologie, tes convictions, ce qui te pousse à ce nouveau mode de vie.
    Cependant je me pose des questions, on lit tellement de choses, il est difficile de demêler le vrai du faux. Il y a cet argument (qui n’en est pas un… ) de l’Homme qui a depuis toujours été carnivore. Cependant la consommation de viande est de nos jours beaucoup trop importante et déraisonnée j’en conviens.
    Mais par exemple ne crois tu pas qu’il est mieux de consommer une viande de qualité, élevée de façon raisonnée, qu’un steak de soja ou autre tempeh cultivé on ne sait comment.
    Bien sur manger de la viande demande de tuer l’animal, mais par exemple avec cette nouvelle production expansive d’avocats ou de noix de coco, ce sont des populations qui souffrent, des productions ravagées. Je m’exprime mal mais j’ai lu quelque part que de vivre exige d’un autre côté de faire souffrir, que ce soit les animaux, ou les populations, les champs, les productions…
    Et que fais tu des produits laitiers ? les vaches ne sont originellement pas faites pour produire autant de lait sans cesse, puis lorsqu’elles ne produisent plus elles sont envoyées à l’abattoir…
    De même pour les oeufs.
    Maintenant concernant les produits de beauté et cosmétiques, crèmes et parfum, comment te positionnes tu ?
    Beaucoup d’entre eux font des tests sur les animaux, ou utilisent des ingrédients d’origine animale.

    Ce commentaire est loin d’être une attaque, au contraire, il pose simplement des questions, qui sont d’actualité. On en entend dans tous les sens et il est difficile de faire le tri et de savoir quoi faire.

    Pour ma part j’essaie de consommer raisonné, et de la même façon ce n’est pas si simple de savoir ce qu’il est bon de faire ou d’acheter.

    Bonne journée ! :)

    répondre

    • Merci pour toutes tes questions Laura, ça m’aide aussi à avancer dans ma réflexion :)

      Je suis d’accord : arrêter la viande pour la remplacer par des aliments fabriqués à l’autre bout du monde n’a pas beaucoup de sens. J’ai axé mon article sur l’alimentation mais je suis dans une démarche plus globale : j’essaie de raisonner ma consommation, j’achète moins (de vêtements par exemple) et je fais attention à la provenance de ce que j’achète. Après, effectivement, à partir du moment où on vit, on a un impact sur la planète. J’avais lu que même mort, on a un impact, car la crémation ou la fabrication de cercueils par exemple ne sont pas très bons pour la planète… :/

      Pour les produits laitiers, c’est une question que je me pose aussi, je ne me sens pas prête à arrêter complètement pour l’instant mais j’aimerais réduire. Idem pour les oeufs – en attendant, je les achète à la biocoop, même si je sais que ça n’est pas optimal.

      Et concernant les produits de beauté, j’ai répondu un peu plus haut : j’en consomme très peu, j’achète shampooing et gel douche à la biocoop, et j’utilise des crèmes Weleda (non testées).

      Mais j’ai conscience que j’ai encore du chemin à parcourir – en attendant, je fais au mieux :)

      répondre

  • Coucou Juliette

    Merci pour cet article. Je te suis dans ta démarche : plus de viandes/charcuteries depuis un peu plus d’un an maintenant. Mais je mange encore un peu de poisson. Plus de laitages, crèmes, yaourts mais encore un peu de fromage ( chèvre le plus souvent). Ma famille n’a pas vu ça avec enthousiasme au début ( j’ai un mari et trois ados) mais ils s’habituent à mes assiettes piochent parfois dedans mais sont accros à leur viande malgré tout.
    Ça leur a permis de limiter un peu la malbouffe et d’apprécier les produits bio ( ça devient un automatisme ).
    Est ce que ce n’est pas trop difficile de manger végétarien pendant tes voyages ?
    merci pour les liens de ton articles aussi.

    répondre

    • Je rajoute le nom d’un super livre.
      L’encyclopédie de la cuisine végétarienne. Il répertorie avec photos plein d’aliments ( fruits légumes farines graines huiles etc ) en précisant leur utilisation. Il montre des techniques de préparation ou de cuisson ( réaliser ses laits végétaux, préparer des artichauts poivrade, mariner du tofu…) et bien sûr il propose des recettes alléchantes.
      Bref il est génial !

      répondre

      • Ah chouette, merci pour le livre, j’irai le feuilleter la prochaine fois que j’irai chez mon libraire !

        Concernant les voyages, c’est parfois un peu compliqué, et jusqu’à l’an dernier, j’ai continué à manger de la viande quand j’étais à l’étranger -> ça a été le cas lors de notre road-trip aux US à l’automne dernier.

        Maintenant, je me débrouille mais c’est parfois difficile : en Australie par exemple, dans l’outback, les options végétariennes n’étaient pas légion, et je me suis parfois retrouvée à manger une assiette de haricots verts au resto :/ J’ai perdu 2,5 kilos pendant ce voyage d’ailleurs ^^ Tout dépend des destinations et du type de voyage. Là pendant nos vacances en Norvège, on a mangé beaucoup de pique-niques, donc c’était « facile » (même si je n’en peux plus des sandwichs au fromage). Et comme je mange encore un peu de poisson à l’extérieur, au resto, je prenais cette option là quand il n’y avait rien de VG.

        En tous cas, c’est intéressant d’avoir ton témoignage, ça ne doit pas être évident quand la famille ne suit pas !

        répondre

  • Connais-tu les livres de recettes végétariennes de Yotam Ottolenghi ? Par ex. « Plenty more ». Là je pourrais manger sans viande tous les jours, toute la vie ! :)

    répondre

  • Je suis RAVIE de voir de plus en plus de blogueuses avec de l’influence qui deviennent végétariennes ! Vraiment ça m’empli de joie :) Je suis végétarienne depuis 5 ans, par goût, ou dégoût plutôt (je ne souhaitais pas le devenir mais je me suis simplement rendu compte que comme tu le dis = viande = bout d’animal mort) et si je ne m’étais jamais posé la question du végétalisme, ça fait son petit bout de chemin depuis 2 ans. Ma première prise de conscience a débuté après avoir remarqué que les laitages me donnent des boutons et depuis j’y vais progressivement. A l’heure actuelle il m’arrive de manger du fromage très rarement chez moi mais régulièrement si je mange à l’extérieur ( je ne peux pas encore dire adieu aux pizzas et déjà qu’il peut être difficile de trouver un plat végétarien au resto alors végétalien…) Des gâteaux contenant des oeufs oui… mais impossible pour moi de manger une omelette par exemple ! Je suis toute en contradictions, pas toujours facile de me suivre mais moi je m’y retrouve donc c’est le principal. Cette alimentation à 90% végétalienne me convient, je ne me prend pas la tête je pense que c’est ça la clé ! Rester en accord avec ses envies pour ne jamais se frustrer !

    Pour ce qui est du poisson au début de mon végétarisme j’avais arrêté suite à un reportage sur les techniques de pêche, puis j’ai repris pendant 1 an avant d’arrêter définitivement… C’est marrant maintenant que je regarde Le Monde de Nemo et que les poissons sont coincés dans le filet et qu’on leur dit « Nage droit devant toi » pour se libérer je crie au génie antispéciste ^^ (D’ailleurs je te conseille ce bouquin de Aymeric Caron !)

    répondre

    • Pour les laitages, c’est fou n’empêche, j’ai entendu pas mal de témoignages de gens qui ont arrêté et qui, depuis, se sont débarrassés de petits problèmes de santé qu’ils se trainaient depuis des lustres. Ça fait réfléchir :) En tous cas, comme tu le dis, le principal c’est que toi tu t’y retrouves et que tu sois en accord avec tes convictions !

      Pour Nemo, c’est drôle, je suis tombée dessus à la télé l’autre jour et je me suis dit pareil, ahah !

      répondre

  • Je te remercie beaucoup pour ton article et tes astuces sur le sujet
    quand on débute c’est pas toujours évident de trouver des recettes et plats alternatifs
    moi j’avais debuté y a quelques années à ne manger de la viande que le midi, et là en transition vers de la viande 2-3 fois par semaine grand max, je me qualifie de végétarienne à mi-temps pour l’instant, j’aimerais l’être à 100% par contre idem je ne suis pas encore prête au veganisme, à voir si ce sera une prochaine étape par le futur

    répondre

  • Salut salut,

    juste une petite remarque à faire quant au coté écolo de la chose. Une étude à récemment montré que le 100% végan ou 100% végé, s’il était appliqué à l’échelle de la population mondiale ne serait finalement pas le modèle le plus écologique. Pourquoi ? Le principale argument que j’ai retenu est que, certes en arrêtant l’élevage on libère un certain nombre de terres agricoles, mais toutes ne sont pas adaptées à la culture. Aussi, en ne favorisant que la consommation de végétaux, on « perd » une partie de terres agricoles.
    Si mes souvenirs sont exactes, le meilleur compromis serait que l’ensemble de l’humanité réduise fortement sa consommation de viande et de poisson.

    Voili voila =)
    Sinon, joli parcours. Félicitations pour ton investissement personnel ! Bonne continuation !

    répondre

  • Salut Juliette,

    Je suis en marche moi aussi! Mon cheminement est un peu différent et il a commencé il y a environ 2 ans. Il y a 2 ans donc, je suis partie de ma coloc et me suis retrouvée dans un appart toute seule. Bon et quand tu te retrouves toute seule, ben y a personne pour te faire à manger! Donc aux fourneaux! Je ne cuisinais quasiment jamais avant et j’ai découvert ce monde créatif qu’est celui de la cuisine végétarienne. J’expérimente tous les jours et la plus part du temps c’est un succès! C’est coloré et plein de saveurs. Mon besoin de viande n’a jamais été très fort chez moi, même si j’en ai toujours mangé chez mes parents. Ma prise de conscience a plus été écologique et du côté de la santé. Un carnage sur la planète dû à la surconsommation de viande et des problèmes de santé énorme dans les pays occidentaux. Alors je ne dis pas que je suis végétarienne, il m’arrive d’en manger aux restaurants de temps en temps et j’ai encore une consommation d’œuf. Mais c’est en route, je ne me met pas de pression. Un point d’honneur que je me fait par contre, c’est de consommer local et surtout bio. Heureusement j’ai un super maraicher bio sur mon marché :-) J’ai énormément de mal à manger un légume de supermarché. Comme toi tu vois un animal mort devant un steack, moi je vois ce légume rempli de pesticide qui va m’empoisonner… Je fais vraiment un blocage.
    Bref, même si ‘est une mode et bien profitons en pour faire passer des messages.

    Et tiens je ne sais pas si tu as vu ce reportage http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-13-septembre-2016_1812999.html
    Le monde agro-alimentaire ou comment nous empoisonner à petit feu pour continuer les lobbys!

    répondre

    • Je partage ton sentiment sur les légumes, je les achète soit bio, soit en culture raisonnée chez un primeur qui privilégie au maximum le local :)

      répondre

  • Merci pour le partage d’expérience ! C’est un sujet qui m’intéresse de plus en plus. Pour l’instant j’essaie juste de réduire ma consommation de viande. Je me sens déjà mieux comme ça. Je laisse venir la suite, sans pression. Mais je file voir tes différentes recos de lecture :)

    répondre

  • Super témoignage. Je suis végétarienne depuis 10 ans et je pense de plus en plus au végétalisme… j’essaie peu à peu d’introduire de + en + de substituts, de plats 100% végétaux, etc… c’est un chemin !

    répondre

  • BRavo ! !je dis bravo parce que même si j’adore les légumes et que je pense que je pourrais y passer doucement je m’accroche encore à la viande aussi par facilité et aussi pour la famille ! Je suis déjà partie sur la quête de la réduction des déchets !! j’ai du mal à chasser plusieurs lièvres à la fois mais je m’interroge et petit à petit je réduis aussi un peu la viande ! C’est bon les légumes ! J’apprivoise aussi doucement les légumineuses ! mais bon j’aime quand même bien encore manger un bon steak ou un bon poulet rôti !

    répondre

  • Bonjour Juliette !
    C’est incroyable comme je me retrouve dans cet article. Très grosse amatrice de viande aussi, j’ai décidé, il y a un mois (oui c’est tout frais), de réduire ma consommation de viande. De manger mieux. Arrêter les plats touts faits, les trucs industriels. Comme toi, je découvre une nouvelle façon de consommer, de nouveaux aliments et c’est un vrai plaisir de goûter plein de nouvelles choses (même s’il y en a qui passent pas ^^).
    J’aime à nouveau faire les courses (j’avais ça en horreur avant… balancer 2 pizzas surgelées dans le cadis…), j’aime à nouveau cuisiner et varier ce que je consomme. Je me sens mieux dans mon corps et dans ma tête.
    Alors oui, la viande me manque par moment. Je n’ai pas encore la prétention de devenir végé puisque je mange de la viande environ une fois toutes les deux semaines. Mais c’est encourageant déjà car avant c’était comme toi, tous les jours…
    Merci pour cet article !

    répondre

    • C’est déjà super d’avoir réduit à ce point :) Si chacun faisait un effort, ça serait un pas énorme pour la planète !

      répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE