Tag Archives | stockholm-baby

Stockholm : cinquième et dernier jour…

Jeudi, notre dernier jour en Suède (je ne compte pas le vendredi, jour de notre départ, puisque nous l’avons passé dans les transports : métro + bus + avion + bus + RER = 8 heures en tout).

C’est un peu triste que nous nous réveillons : non seulement il va falloir penser à faire nos bagages, mais en plus, il pleut ! Heureusement, cela ne durera pas, et c’est sous le soleil que nous passerons nos dernières heures à Stockholm. Nous avons rendez-vous avec Guillaume (encore lui ?!) pour manger une deuxième et dernière fois au Burger King. Pour nous y rendre, nous partons à pied, bien décidés à découvrir deux nouvelles îles encore inconnues, Långholmen et Kungsholmen (quand on ne parle pas la langue, tous les noms ont tendance à se ressembler, mieux vaut toujours avoir une carte sur soi).

Stockholm

La promenade est magnifique et nous permet encore une fois de saisir tous les contrastes de cette ville. La forêt et la nature côtoient les grands immeubles et les réalisations de l’homme. Les bateaux sont toujours aussi nombreux, et de tous les styles…

Stockholm

Stockholm

La première île, Långholmen, est très sauvage, nous n’y rencontrerons quasiment personne. Seuls quelques ouvriers travaillent sur l’immense pont qui relie l’île à Kungsholmen. Bilingues, ils nous conseillent même de traverser, car les travaux rendent le trottoir trop étroit. C’est que le pont est gigantesque, et les voitures y roulent vite. Nous écoutons leurs conseils, même si cela nous gâche un peu la vue sur la vieille ville. Mais ça nous aura permis de prendre cette jolie photo, ma préférée ! J’aime tout : les couleurs, reposantes, les lignes, et l’atmosphère qui s’en dégage.

Stockholm

Kungsholmen est quant à elle plus habitée, même si à nouveau, les ponts et autres constructions bétonnées viennent s’inscrire au cœur même de la nature. Nous ne les avons pas testés, mais il y avait plusieurs petits restaurants au bord de l’eau, qui avaient l’air super agréables…

Stockholm

La promenade sera plus longue que prévue, et nous serons en retard au Burger King, d’autant que nos pas nous guident jusqu’à la mairie de Stockholm. Je tenais à visiter le bâtiment, car, avec les vikings, il est l’élément le plus représenté dans les boules à neige découvertes au fin fond des boutiques de souvenirs. L’édifice est impressionnant, nous découvrons qu’il a fallu 8 millions de briques pour le réaliser. Malheureusement, nous tombons mal : un camion est en train de vider la fosse septique… Une horrible (affreuse) (terrible) odeur nous empêchera de rester.

Stockholm

 

Stockholm

Mais qu’à cela ne tienne : je ne veux pas que ce contretemps ne gâche notre déjeuner dans le meilleur fast-food du coin. Un Whopper avalé, nous repartons, visitons deux petites églises, et, épuisés, rentrons chez Guillaume. Une dernière photo de panneau… un dernier verre, un dîner, et les vacances sont terminées…

Stockholm

Le départ fut difficile : nous n’avions pas envie de quitter cette jolie ville. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et je pense déjà à repartir, bientôt, pour un week-end. Si c’est le cas, je prendrai plaisir à vous le raconter, car écrire ces billets sur Stockholm a été une sorte de révélation pour moi, j’ai adoré le faire ! J’espère que vous avez apprécié aussi… Je reprendrai le cours normal du blogging très vite…

Commentaires { 13 }

Stockholm, jour 4 : déjà ?!

Mercredi, le soleil brille toujours sur Stockholm ! Après les deux journées passées à vadrouiller un peu partout dans la ville, nous décidons que ce mercredi sera plus tranquille. Nous commençons donc par une petite promenade à Gamla Stan, pour acheter un cadeau à Gnome (Guillaume), car il l’a bien mérité : nous supporter pendant tout ce temps, ce n’est pas de tout repos. En bons geeks que nous sommes, nous retournons donc dans la librairie spécialisée en science fiction, et lui achetons finalement des sous-verres Simpsons. La classe ! Bon, il faut aimer, mais quand on aime, c’est vraiment la classe, je vous assure. Comme ça, en plus, il est obligé de nous réinviter, pour qu’on puisse les utiliser ensemble.

Nous en profitons pour tenter de retrouver une jolie boutique, où un plateau nous avait tapé dans l’œil (je suis dans ma phase plateau, en ce moment : marre des miettes dans le canapé). Malheureusement, le magasin est fermé, son propriétaire en vacances. Décidément, on sera obligé de revenir…

Stockholm

Puis, direction Östermalms Saluhall, histoire de tester, enfin, un des petits restaurants dont je vous parlais hier. Pour Gaëtan, ça sera « Biff Lindström », et pour moi, « Bakad Potatis ». Un régal, admirez plutôt !

Stockholm

 

Stockholm

 

Stockholm

Le restaurant est agréable : nous pouvons regarder les gens faire leurs courses pendant que nous dégustons nos plats. Le pain est gratuit, à volonté, nous en profitons pour tester diverses spécialités suédoises. Puis, repus, nous retournons, comme la veille, sur Djurgården, l’île jardin, non pas pour profiter du parc mais pour visiter le célèbre Musée Vasa.

Le Vasa est un navire, construit entre 1626 et 1628, qui sombra pendant son voyage inaugural, au bout de quelques centaines de mètres seulement. Le bateau n’a été renfloué qu’en 1961, la très faible quantité de sel dans la mer Baltique l’ayant préservé. La taille du bateau, ses innombrables sculptures et son état (plus de 90% des éléments sont d’origine) sont extrêmement impressionnants.

Stockholm

 

Stockholm

En bas à droite de la photo, vous pouvez voir une espèce de seau. Il s’agit en fait des toilettes. Il y en avait deux à bord, pour environ 400 membres d’équipage et soldats… Je vous laisse imaginer le reste (bon appétit !). Et comme je n’aime pas beaucoup les musées, j’essaie de profiter au maximum des choses un peu amusantes. J’ai donc testé pour vous… la cloche de plongée !

Stockholm

Comme me l’a bien expliqué Gaëtan, quand on retourne un verre dans l’eau, l’eau ne le remplit pas complètement : il reste de l’air, en haut. La cloche de plongée fonctionne de la même manière, et permettait aux hommes de rester plus longtemps en profondeur. En revanche, impossible d’y voir quoi que ce soit : ils se servaient de petits outils et tâtonnaient au hasard.

Le musée est bien fait, et nous y avons passé environ deux heures. Puis, re-tramway, avec une magnifique photo souvenir (les photos de ce billet sont définitivement bien moins jolies que pour les billets précédents).

Stockholm

La journée se termine par une visite de Grin, le studio de jeux vidéo dans lequel Gnome travaille. Clause de confidentialité oblige, je ne vous dirai rien, sauf que chaque salarié enlève ses chaussures à l’entrée, et ne les remet qu’en partant, le soir. Je trouve ça très zen, même si mes chaussettes fushia ne sont pas passées inaperçu.

Stockholm

 

Stockholm

Et enfin, en bons touristes, nous avons cédé à l’appel des petits morceaux d’élan séchés. C’est… salé… donc addictif.

Stockholm

Une journée plutôt calme donc, nous sentons déjà que la fin du séjour est proche, et la nostalgie nous gagne…

La suite… demain ?

Point pratique pour les futurs touristes : Avant de visiter le Musée Vasa, il faut bien se renseigner sur les horaires de visite. En effet, certains guides proposent des visites gratuites en français, à certaines heures de la journée. Idem pour le petit film présentant l’histoire du Vasa : selon les heures, il est diffusé et/ou sous-titré en anglais, suédois, espagnol, … ou français. La visite du musée prend du temps, il faut donc bien prévoir son planning !

Le restaurant que nous avons testé était délicieux : pour le retrouver, c’est tout simple : lorsque vous entrez dans le marché couvert, par l’entrée principale, il se situe tout au fond à droite. Je vous conseille la Bakad Potatis : une pomme de terre cuite au four, avec une préparation à base de crevettes.

Allez, une photo bonus pour la fin.

Stockholm

 

Commentaire { 1 }

Stockholm : un troisième jour haut en couleurs

Météo toujours clémente, mais la fatigue commence à se faire sentir, on se lève de plus en plus tard. Notre hôte nous a conseillé d’aller déjeuner dans un restaurant, situé au sein même d’Östermalms Saluhall, un marché couvert, à quelques stations de métro de chez lui (Östermalmstorg). N’étant pas une aventurière de la nourriture, j’ai préféré préparer des (énormes) sandwichs. L’occasion de découvrir la galère des supermarchés à l’étranger. Mais ça ne sera que partie remise : après avoir vu le restaurant en question, nous déciderons d’y déjeuner dès le lendemain… (mais ça, vous le découvrirez dans le prochain billet, minute butterfly, comme j’aime à dire)

Stockholm

Stockholm

Östermalms Saluhall est un superbe marché (couvert, donc), rempli de produits de grande qualité, typiquement suédois ou plus exotiques. Au milieu des étals, des chaises, des tables, et des petits restaurants, qui servent aussi bien les touristes curieux que les hommes d’affaires pressés. Comme nous savons que nous y reviendrons le lendemain, nous nous empressons d’aller prendre le tram, pour rejoindre l’île de Djurgården, réputée pour sa verdure et ses musées.

Si vous vous rendez à Stockholm, je vous conseille absolument de prendre le tram : c’est toute une aventure ! A l’avant, un chauffeur (heureusement), et à l’arrière, vous trouverez un petit bonhomme, contrôleur de son métier, dans sa petite cabine, qui vérifiera que vous disposez bien de vos billets, et qui vous distribuera une petite brochure. Un tram à l’ancienne donc (avec, dans certains trams, une longue ficelle qui traverse tout le véhicule : tirez dessus pour demander l’arrêt à la prochaine station) !

Stockholm
 
Stockholm

Arrivés sur l’île, nous mourrons de faim ! Mais mieux vaut bien choisir son emplacement pour pique-niquer, car les canards/poules/trucs bizarres (nous ne savons toujours pas de quel animal il s’agit) rôdent.

Stockholm

Stockholm

(je ne faisais pas la fière, entourée de toutes ces bestioles)

Nous n’avons pas pris beaucoup de photos de Djurgården car nous sommes restés dans la partie « parc » : rien de vraiment dépaysant, même si la promenade était très agréable. En revanche, en voulant reprendre le tram… (attention, BON PLAN) : nous avons décidé de bifurquer vers une petite île, repérée un peu au pif sur la carte de la ville. Cette petite île, nommée Beckholmen, fut notre coup de cœur, le meilleur souvenir de nos vacances. Je ne m’en suis toujours pas remise, et je ressens une grande émotion à chaque fois que j’y repense.

Stockholm
 
Stockholm

Nous traversons un petit pont de bois, et découvrons immédiatement une vue magnifique sur une partie difficilement accessible de Djurgården. J’aime beaucoup ces couleurs, et le contraste entre les appartements plutôt chics, en arrière plan, et les entrepôts déglingués, au bord de l’eau. Intrigués, nous décidons de poursuivre notre exploration, ne sachant pas du tout sur quoi nous allons tomber. J’avais un peu peur de me retrouver à nouveau dans un parc, non pas que je n’aime pas la verdure, mais nous avions déjà beaucoup marché, et j’avais envie de découvrir d’autres choses. On peut dire que j’ai été servie !

Stockholm
 
Stockholm
 
Stockholm

Des immenses grues (déguisées en girafe), et des « cratères » extrêmement profonds ! On ne s’en rend pas vraiment compte sur les photos, mais la profondeur est telle que je n’ose pas m’approcher. Le paysage est impressionnant, et l’île est déserte, hormis une ou deux personnes qui nettoient la coque de ces immenses bateaux.

Stockholm

Nous continuons la promenade et tombons sur un dock, désert lui aussi. Seule cette chaise nous laisse penser que des gens passent par ici, de temps en temps. Un énorme sentiment de liberté s’empare de nous. Mais il est déjà temps de repartir, et nous décidons de prendre quelques dernières photos, sur le petit pont de bois.

Stockholm

Stockholm

Sur cette « mini-plage », un restaurant thaï, avec à peine quelques tables, une carte délavée, personne pour accueillir les clients. Et malgré tout, à l’aller comme au retour, nous verrons une personne, puis un couple, y prendre un déjeuner tardif. Décidément, Beckholmen est pleine de surprises…

Nous terminerons la journée de façon très « mondaine », en prenant un verre au « Debaser », la boîte branchée de Stockholm. Les collègues de Guillaume nous rejoignent, et nous impressionnent, avec leur parfait anglais. Je suis pour ma part totalement bloquée et n’arrive pas à aligner deux mots… Moment de solitude, et de questionnement : aurai-je le courage et l’envie de m’expatrier un jour ? Gaëtan et moi continuons de nous interroger…  (même si, avec mon nouveau boulot, ce n’est pas du tout le moment)

La suite… bientôt !

Point pratique pour les futurs touristes : un seul mot… Beckholmen !

Commentaires { 5 }