Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Vivre à Paris

J’en rajoute un peu mais ce titre était plus sexy que « Vivre à Vincennes ». N’empêche que… Ça fait deux ans et demi que j’ai quitté le Nord pour venir m’installer en région parisienne : à Gentilly puis à Vincennes, avec des allers-retours quotidiens à Paris pour me rendre sur mes lieux de stage, d’abord, et de travail, ensuite. Le choix de la banlieue a été guidé par la facilité : des appartements disponibles, des villes proches de Paris et bien desservies, et des loyers moins élevés. Mais ça m’arrangeait peut-être aussi : la transition était plus simple, je ne vivais pas vraiment « à Paris », et psychologiquement, le cap était moins compliqué à franchir.

Mes six premiers mois à Paris ont été magiques : je découvrais l’indépendance (je quittais non seulement ma région, mais aussi le domicile familial), je vivais en collocation avec des gens vraiment chouettes et je rencontrais des tas de personnes formidables.

J’étais déjà venue à Paris, et à l’époque, la ville me semblait immense. J’avais peur de m’y perdre, et finalement, je m’y suis rapidement habituée, découvrant des lieux auxquels je ne m’attendais pas.

Paris, pour moi, c’était ça. Travailler la journée dans une boîte sympa, rigoler avec les autres stagiaires (que je vois encore régulièrement, pour la plupart) et aller boire un verre avec eux à la sortie. Dîner avec mes copines dans des lieux toujours différents, rentrer par la ligne 6 du métro et tourner la tête dans tous les sens pour retrouver la Tour Eiffel et aller me coucher dans le canapé du salon, parce que les trois chambres de l’appartement étaient déjà occupées. Partir à l’aventure avec Catherine (ma copine et colloc), tomber sur les colonnes de Buren, avoir des ampoules aux pieds et manger de la glace dans le canapé.

Et puis, peu à peu, Paris s’est transformé. J’y ai vécu des expériences plus difficiles et j’y ai rencontré des gens moins sympa, aussi. Puis il y a eu un réel tournant, un truc qui a tout changé, et en bien. J’ai eu la chance d’y connaître Gaëtan, et rapidement, on a vécu ensemble. Parce qu’entre lui et moi, c’était évident, et ça l’est toujours, plus que jamais. C’est une nouvelle aventure qui a commencé, très différente mais plus passionnante encore. Mais, avec le boulot et les responsabilités, Paris a changé. A mes yeux, aujourd’hui, c’est une ville stressante, bruyante. Une ville synonyme de travail et de fatigue, de circulation et de métro, de grisaille et de pollution. Une ville pleine de pigeons aussi !

Et j’apprécie vraiment, lorsque je rentre chez moi, chez nous, de traverser la quiétude du bois de Vincennes, pour me retrouver, un peu, et m’éloigner de tout ça.

Pourtant, quand je croise des touristes, émerveillés par ce qu’ils voient, ou quand je feuillette, comme ça a été le cas pour rédiger cet article, mes albums photos, je me souviens de tout ce que cette ville m’a apporté. Et je me dis que Paris, je ne suis pas prête de la quitter.


Vous aimerez aussi


Vivre à Paris
15 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Séquence émotion? ;-)

    Je suis d’accord avec toi. Je pense que je ne pourrais pas vivre à Paris, mais j’apprécie quand même tout ce que cette ville m’a apporté. Et pareil, j’apprécie d’être en banlieue, près du parc de sceaux, de la verdure etc… ça fait du bien!

    Bonne journée!

    répondre

  • Oui, un peu :) Je me pose pas mal de questions en ce moment, à ce sujet, et je me vois bien retourner vivre en Province. Mais je me rends compte aujourd’hui que Paris me manquerait, malgré tout. Et puis merde, comment on irait aux soirées blogueurs après ? ;) (roh je rigole)

    répondre

  • En tant que nouvelle venue à Paris, je me dis que finalement Lille c’est bien! Beaucoup moins de stresse, de monde, des gens plus souriants…moins de bousculades dans le métro le matin…mais l’occasion de passer 3 mois à Paris n’est pas donnée à tout le monde et voir les magasins ouverts jusque 20h le soir, ça me change des magasins fermés à 18h à Bruxelles ^^

    répondre

  • Un an que je suis à Paris…
    Je ne voulais pas y mettre les pieds avant. Maintenant que j’y suis, je ne veux plus en partir. Sous aucun prétexte !
    Je vis en banlieue, mais finalement, c’est TROP calme la banlieue. Je ne ressens pas encore ce stress, ce bruit, cette grisaille, et j’envisage même de déménager pour revenir intra-muros.

    répondre

  • Aaah Paris!
    C’est en vivant à l’étranger que je me suis vraiment aperçu que j’en étais amoureuse!

    Je suis encore en période de douce redécouverte, j’espere que le stress et la grisaille ne me troubleront pas la jolie vision que j’en ai ;)

    répondre

  • mes meilleurs souvenirs de Paris … c’est au petit matin quand le taxi me ramenait de Roissy ou d’ Orly et que j’arrivai en vue de la Seine . je me disais  » que c’est beau !  » et cela me lavait des pays de M… d’où je venais . je n’avais qu’une hâte, retrouver le XVéme et ma famille ( Gadu ) .

    répondre

  • Ah Paris ! J’entame bientôt ma 7 ème année ici… Venue au départ pour mes études, je n’en suis jamais repartie ! Pour moi c’est un peu ici que ma vie d’adulte a vraiment commencé :D
    Mais il est vrai qu’après quelques années vécues ici, le côté démesuré et vivant qui nous excitait tellement au début finit à la longue par nous fatiguer.

    Et pourtant, comme toi j’y ai rencontré « l’homme de ma vie », j’ai fais plusieurs boulot, fais une tonne de jolies rencontres, je me suis fais des amis etc etc… A tel point qu’on se demande si on réussira à partir un jour. Quelque part je pense que retourner en province après avoir vécu des années à 100 à l’heure, ça ne doit vraiment pas être évident. Trop de souvenirs à laisser derrière nous !! Et puis je crois que c’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie.

    (pardon je raconte trop ma vie mais je me suis vraiment reconnue dans ce billet !)

    répondre

  • J’ai vécu 4 ans à Paris et j’adorais ce sentiment d’appartenance à la ville quand je croisais un car de touristes. Je m’y sentais vraiment bien mais peu à peu j’en ai eu marre des bousculades dans la rue, des gens toujours pressés et des loyers exorbitants. C’est pour ça que j’adore Montréal, il y a tous les avantages d’une grande ville sans les inconvénients!

    répondre

  • CASSE TOI MINABLE ET PATHÉTIQUE CONNARD ;D

    répondre

  • cat on a hot tin roof

    Ah ma ju ! Quelle séquence émotion! Les colonnes de Buren… en voyant tout ça Paris me manque énormément d’un seul coup, exilée, même volontaire ce n’est pas toujours facile loin de cette ville incroyable !

    répondre

  • 4 ans que je vis, et avant, 19 ans pour rêver d’y aller ! Je ne voudrai en partir pour rien au monde… J’aime sa grisaille, sa circulation, sa pollution ! Je suis même malade qd je retourne chez mes parents, à la campagne :)

    répondre

  • Moi j’ai quitté la campagne profonde pour venir à Lille, enfin Roubaix au début et je pense que comme toi, quand je me souviens de tout ce que j’ai vécu ici, je me dis que vraiment j’adore Lille!
    Mais je pense être capable d’aimer Paris aussi mais pour éléver mes enfants, je trouve la capitale un mauvais choix…

    répondre

  • Merci pour tous vos commentaires :) Je vois que beaucoup d’entre vous sont tombés amoureux de la capitale, c’est vrai que je me vois mal retourner dans une « petite ville », je ne suis pas certaine de me réhabituer au rythme. Mais, passé le temps de la réadaptation, je ne crois pas que ça puisse me faire de mal…

    Miss Brownie : j’aime beaucoup Roubaix, j’y ai fait mes études pendant 3 ans :)

    répondre

  • Ton histoire me parle petit chti que je suis. G eu pas mal de mal à m’y faire à cette capitale bouillonnante.
    paris ronge. Mais Paris donne aussi. Tout dépend du moment où on écrit le billet.

    En tous cas une chose est sûre: le geek et toi, c’est du béton ( à paris ou ailleurs )

    répondre

  • paris j’y est vecu six mois je suis vite repartie c’est une manière de vivre tres speciales ça n ‘a rien avoir avec les villes de provences m^me les plus grandes! j’ai jamais vu des gens aussi préssé qu’a paris parfois sa frise la psychose il sont pret à vous jetter à terre pour pas rater leur metro sur bomdes et glauque ! franchement en provinces les gens sont beaucoup plus cool et moins stresses mm quant les bus ou les trams sont pleins! en plus se taper deux heure de transport dans ces conditions faut etre marteaux ! moi je dis vive la province la vie est meilleur on a plus de temps et les mm prestations qu a paris!
    quant au temps il est aussi mediocre à paris que dans le nord :(

    répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.