Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Une pintade peut en cacher une autre

Hasard des calendriers : une semaine après le rallye des pintades de Pokanel, mon ami Cyroul m’a invitée, en compagnie de plusieurs blogueuses, à une « Pintades Pursuit ». Des énigmes, des épreuves, le tout pour promouvoir l’ouvrage Une vie de pintades à Paris, chez Calmann-Lévy. Après ces deux folles après-midi, le principe du rallye n’a plus aucun secret pour moi.

Gaëtan, qui avait filé un rapide coup de main pour l’organisation, n’a rien voulu me dire : c’est donc avec une légère appréhension que je me suis rendue sur les lieux du rendez-vous. Une appréhension vite oubliée quand les équipes se sont constituées. Notre team, les « Duras », composée de Noémi, Marion et Katika, s’est rapidement lancée et nous avons enchainé les énigmes à un rythme soutenu. A chaque étape, une épreuve (pétanque, blindtest, rédaction de poèmes…) nous permettait de compléter notre scrapbook et de découvrir de sympathiques endroits.

Scrapbook – les Duras

View SlideShare presentation or Upload your own. (tags: pintades pursuit)

Je ne peux qu’applaudir une telle opé : pour un livre, c’est suffisamment rare pour être souligné. Et même si j’ai entendu ralouiller à droite à gauche, j’ai trouvé, pour ma part, l’organisation parfaite. Un accueil chaleureux, des énigmes variées, des cadeaux sympatoches (à chaque étape, on repartait souvent avec un petit goodie spécial pintade : un agenda, un t-shirt, des crèmes bio…) et on nous a même prêté un Polaroïd (un vrai de vrai) pour immortaliser tout ça. On a beaucoup marché, mais après tout, c’est le principe d’un rallye, non ? J’ai beaucoup apprécié le fait de découvrir Paris autrement : à pieds, à travers un jeu de piste, les rues prennent une dimension complètement différente.

J’ai par ailleurs commencé à feuilleter la bête : ce n’est pas tellement le genre de livres que j’ai l’habitude de lire et j’ai parfois un peu de mal à me reconnaître dans les portraits dressés par les auteures (ne serais-je donc pas une vraie parisienne ?), mais ça se lit facilement, un peu comme un magazine, et on y trouve de bonnes adresses. Et je dois avouer que certaines descriptions visent assez juste.

On y apprend également plein de choses sur New York (c’est ce qui m’a le plus intéressée) puisque les deux journalistes comparent souvent notre capitale à celle des États-Unis. C’est léger donc, et ça m’a quelque peu réconciliée avec la lecture (que je boude depuis quelques temps) : une bonne surprise, même si je pense que le livre parlera plus aux vraies parisiennes. Pas à celles qui, comme moi, rêvent de fuir la capitale.


Vous aimerez aussi


Une pintade peut en cacher une autre
3 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

  • Moi c’est un peu le contraire, je me reconnais quasiment à chaque ligne :) Limite c’est flippant quoi ! (à part le fait que je n’ai pas de scooter et que je ne suis pas obsédée de lingerie et ne m’habille pas chez Z&V)
    Mais peut-être parce que je suis ici depuis 7 ans ?

    Je suis d’accord pour le rallye, super organisation et on a vraiment été (trop) gâtées :)

    répondre

  • Merci Ju pour ce gentil article. Tu as raison, il s’agit d’une opération plutôt unique dans le monde de l’édition qui trop souvent préfère faire du seeding (envoi de livre aux blogueuses) que de leur faire vivre le livre.
    Et en plus, grâce à vous, l’équipe organisatrice s’est presque autant amusée que les blogueuses !
    Bref, je suis déjà en train de penser à une pintade pursuit 2…

    répondre

  • Annouchka : peut-être que je suis aussi de mauvaise foi et que j’ai du mal à reconnaître mes petits travers ;)

    Cyroul : merci à toi pour tout le travail effectué ! Pense à moi pour la deuxième édition, je ne cracherais pas sur une nouvelle séance de massage des mains ;)

    répondre