Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Barbie’s dead, longue vie à Diner Dash !

Certains de mes collègues se moquant de mon engouement pour le mini-jeu Barbie, je les ai incités à s’inscrire, pour qu’après l’avoir testé, ils admettent s’être trompés et avouent que ce jeu a changé leur vie. J’ai loupé mon coup, puiqu’on m’a répliqué : ce n’est qu’une copie de Diner Dash ! Diner quoi ? Diner Dash, pardi ! Bref, j’ai cherché Diner Dash, j’ai trouvé, j’ai testé… et j’ai approuvé !


Le principe est simple (et le jeu assez vieux : la première version est sortie en 2003) : vous êtes serveuse (ou serveur, mais un peu efféminé alors, le héros du jeu étant une fille) dans un restaurant. Il vous faut accueillir les clients, les placer, prendre leur commande, leur apporter leur dîner, encaisser puis débarrasser la table, pour pouvoir accueillir de nouveaux clients, etc… Jusqu’à la fermeture du restaurant. Il faut marquer à chaque fois un certain nombre de points pour passer au niveau supérieur. Et à chaque niveau, des tables supplémentaires à gérer, ou des clients difficiles (un portable qui sonne pendant le repas peut gêner les voisins). Vous gérez également la décoration de votre restaurant, mais c’est plus accessoire.

Mais attention, jouer à Diner Dash n’est pas donné à tout le monde : le jeu existe en une multitude de versions, en ligne, à télécharger, sur DS… Difficile de jouer gratuitement, les versions disponibles sans dépenser un centime sont toutes limitées en temps ou en nombre de niveaux : frustrant quand ça s’arrête en plein milieu d’un niveau ! J’ai donc jeté mon dévolu sur une version DS pour le soir, tandis que le midi, je joue comme ça, à la volée, au bureau.

Pour tester le jeu en ligne, c’est ici ! Essayez le mode carrière, c’est le plus drôle.


Vous aimerez aussi


Barbie’s dead, longue vie à Diner Dash !
7 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.