Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Alors on change

(ce titre est un jeu de mot pourri, référence à la chanson Alors on danse, dont je ne suis même pas fan, mais je fais de mon mieux après un week-end fatigant)

La semaine dernière, j’avais décidé de faire un peu de tri dans l’outil d’administration de mon blog. Du tri dans les brouillons notamment : j’avais une liste de deux pages, avec des articles jamais publiés, voire même jamais rédigés. Juste un titre, deux-trois mots, jetés là en attendant que je trouve le temps d’écrire.

Le premier brouillon sur lequel je suis tombée s’appelle « Mes 5 adresses favorites à Paris », et il date de juin 2008. Presque 3 ans ! A l’intérieur, quelques mots : « l’américain petite mendigote berthillon lazy dog le bois de vincennes » (vous imaginez, si les articles de blog ressemblaient à ça ? huhu). C’est drôle, car 3 ans plus tard, si je devais rédiger le même article, sur mes adresses préférées à Paris, je ne citerais quasiment aucun de ces endroits ! Pour trouver de quoi illustrer l’article, j’ai dû aller piocher loin loin loin dans mes archives FlickR, tellement je n’y vais quasiment plus.

L’américain, peut-être, s’y trouverait toujours. C’est le Ellis Island Café, rue Perronet. Les burgers y sont délicieux, et à chaque fois que j’y vais, le patron me reconnaît et me fait un grand sourire (c’est bête mais ça me fait plaisir). J’ai découvert ce restaurant lors de mon stage chez Gallimard, ça date donc d’il y a 4 ans.  Je n’y vais pas souvent, ce n’est pas très pratique niveau transport, mais à chaque fois, je me régale avec un bacon cheeseburger.

Petite Mendigote : la boutique de la marque se trouve rue du Dragon. A l’époque, j’en étais super fan parce qu’une de mes copines qui est toujours très bien habillée m’en avait parlé. Et aujourd’hui, bah… j’ai découvert plein d’autres marques super chouettes, et je ne suis jamais retournée dans cette boutique. Non pas que je n’apprécie plus la marque, mais disons que je n’en suis plus fan comme avant. Exit donc de la liste de mes adresses préférées.

Berthillon : bon là, je dois l’avouer, même si je n’y vais plus jamais, ça reste l’endroit où j’ai mangé les meilleures glaces de ma vie ! Le petit salon de thé est désuet à souhait, les glaces sont somptueuses. Mais encore une fois, c’est un peu loin de chez moi, et il y a souvent la queue dehors, ce qui me refroidit un peu (ahah, c’est normal, ce sont des glaces). En revanche, je vois que le site annonce que la glace fraises des bois est arrivée, je sens qu’il va falloir que j’y retourne sous peu.

Le Lazy Dog : petite librairie – galerie – boutique très chouette, qui vend des bouquins de design, de street art etc. Bon, je n’y suis pas allée depuis longtemps non plus, car même si dans l’idée j’adore le design, je préfère acheter des romans et des BD pas très loin, à l’Arbre à Lettres, ou alors chez Millepages, à Vincennes. Je pense qu’à l’époque, je trouvais que ça faisait super « hype » de dire « j’adoooore le Lazy Dog », d’où sa présence dans le brouillon.

Et le bois de Vincennes, enfin. J’habite juste à côté, donc pour se promener, c’est pratique. Pas désagréable même, lorsqu’on pousse jusqu’au lac, qu’on regarde les barques et les enfants jouer au bord de l’eau. Mais ça n’égale pas le plaisir que je ressens quand je fais un jeu de piste dans Paris et que je découvre de nouveaux lieux géniaux ou atypiques.

Aujourd’hui, si je devais rédiger ce billet, finalement (ce qui était mon but initial), je ne pourrais pas choisir mes 5 adresses favorites. Il y a certes des endroits que j’apprécie beaucoup (le Tricotin, la rue de Lappe), des lieux que j’ai vraiment aimés découvrir (le Père Lachaise, le Musée d’Histoire Naturelle), mais je pense que j’ai changé et que je préfère la nouveauté et la découverte aux habitudes et aux repères trop fixes. Explorer chaque week-end des endroits différents. Avoir l’impression de redécouvrir Paris ou Vincennes à chaque fois. Trouver des petits coins qui ont l’air d’être encore secrets (mais ne nous leurrons pas, ça n’existe plus vraiment). Chasser le street art.

C’est fou ce qu’on peut changer, en 3 ans :)


Vous aimerez aussi


Alors on change
7 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE