Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

WEOL

C’est-à-dire week-end of lose (et non pas week-end of lol). Ça n’existe même pas comme expression mais ça décrit parfaitement ce qu’on a vécu, avec Gaëtan, samedi et dimanche dernier : un bon gros week-end de lose totale. Ce qui laisse présager un billet très intéressant, n’est-ce-pas ? Ahah je vous vends du rêve :)

Je sais que les photos de chats, c’est lassant, mais je n’ai que ça sous la main. Et puis il est pas trop mimi, franchement ? Il était en mode sieste, là, sur mes genoux. Choupi-chat d’amour !

Bref, je disais donc, la lose. La faute au mauvais temps en grande partie : on a failli visiter le Château de Vincennes mais on a dû rebrousser chemin à cause d’une averse soudaine. Ça fait trois ans et demi qu’on vit à Vincennes et on s’est dit qu’il était temps de visiter son célèbre château. Ça sera pour une prochaine fois… Cette météo joue vraiment sur mon humeur, je suis irritable et tout le monde m’énerve : vivement un petit rayon de soleil pour remettre tout ça en place.

La faute à Vegas également : le pauvre chou nous l’a joué Vomitor 2 soirs de suite, le pauvre. J’étais plus inquiète que lui je pense : après avoir vomi, il continuait à gambader partout dans l’appart pendant que, prise de panique, j’épluchais les forums à la recherche d’une explication (et que Gaëtan nettoyait le carnage). J’imagine que le fait que je l’aie retrouvé la tête dans l’évier en train de lécher la vaisselle sale ne doit pas être étranger à sa soudaine gastro. Décidément, être parent est un métier à plein temps (oui, Vegas est mon bébé, j’assume).

Ma flemme légendaire m’a également valu 2 siestes de 3 heures chacune. L’erreur fatale à ne pas commettre, puisque je me suis réveillée encore plus fatiguée qu’avant de dormir. Et que j’ai eu l’impression que mon week-end n’a été composé que de deux matinées et deux soirées. Pourtant, rien n’y fait : j’ai beau savoir qu’en allant m’allonger dans mon lit, je vais dormir trop longtemps, l’appel de la couette est le plus fort, surtout juste après un bon déjeuner… Ah la la ! (trop dur la vie)

Les points positifs toutefois, pour ne pas sombrer dans la déprime : j’ai enfin lu le tome 6 d’Aya (série de BD que j’adore vraiment et que je vous conseille). J’ai cru comprendre que c’était le dernier, je suis tristesse. Mais j’ai hâte de voir le film !

On a un peu avancé dans la saison 2 de Madmen (série que j’adore vraiment et que je vous conseille)(comment ça, je radote ?). C’est assez drôle : pendant chaque épisode, on se fait des petits paris, avec Gaëtan : « je te parie qu’il va se passer ça ». Et on a tort à chaque fois. Finalement, c’est peut-être ça qui me plait le plus dans cette série : on ne sait jamais comment les choses vont évoluer, les personnages sont difficiles à cerner. Et en plus les filles ont de trop belles robes.

J’ai rangé ma cuisine (suite au vomito du chat). C’est fou comme les tupperwares ont une vilaine tendance à se désolidariser de leurs couvercles. Un peu comme les câbles qui ont tendance à faire des noeuds ou les chaussettes qui divorcent dans vos tiroirs. Ça m’a bien occupée, cette histoire.

J’ai réinstallé Anno 1404 sur mon PC (déchéance totale). Souvenez-vous, c’est le jeu qui a failli me valoir une séparation : tellement absorbée par ma mission, je n’avais même pas remarqué que Gaëtan était parti faire les courses… Ce n’est qu’au bout de 30 mn que je me suis fait la remarque que l’appartement était silencieux. Apparemment, j’avais bien répondu « oui », « ok », oui », quand il me disait qu’il partait, et ce qu’il allait acheter… Mais je n’en avais aucun souvenir. Hum.

Et, last but not least, on a préparé un clafoutis super bon, aux reines-claudes (les cerises ça coûte trop cher). Et rien que pour ça, finalement, ce week-end n’était pas si losesque que ça.

Allez, bonne fin de semaine à tous ! Promis, mon prochain week-end sera plus intéressant ! (avec normalement l’expo sur le skate à la Gaîté Lyrique)


Vous aimerez aussi


WEOL
31 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE