Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Le combat ordinaire, tome 4, Manu Larcenet

Je vous rassure, ce blog ne se transforme pas en une série de critiques littéraires, mais ça n’est pas tellement de ma faute si j’ai déjà lu mon autre petit cadeau : il criait mon nom sans arrêt. « Juliette, lis moi, Juliette, lis moi ». J’ai obéi, je l’ai lu. Mais avant de commencer à vous en parler, regardez comme il est beau et comme il ira bien avec le reste de ma collection de Manu Larcenet. Et un peu de bleu sur ce blog rose, ça change !

En plus, ça n’est pas pour me vanter, mais Manu Larcenet et moi, on est un peu potes, si vous voulez tout savoir. Souvenez-vous du concours des cartes postales de la honte… Déjà, on sentait notre tendance « bêtes de concours » et notre goût immodéré pour les blagues pipi/caca/saiks. Toujours est-il que je suis assez fan de cet auteur, et je dis bien « auteur », car ses BD sont autant un plaisir pour les yeux que pour euh… le cerveau ? le cœur ? Je dirais les deux à la fois.

Le combat ordinaire, c’est une série tout bonnement formidable, qui dépeint la vie d’un jeune photographe, un peu immature, très angoissé et confronté à tout un tas de drames, notamment personnels. Son métier l’oblige à se confronter à une réalité pas toujours évidente. Ce personnage est assez proche du héros de l’autre série à succès de Manu Larcenet, Le retour à la terre, moins grave mais tout aussi géniale.

Bon, malheureusement, je dois dire qu’encore une fois, j’ai été un peu déçue par ma lecture. Je suis dure, et c’est peut-être aussi la culpabilité de l’argent dépensé qui parle (cf. mon billet sur Bouzard). Mais toujours est-il que j’ai été moins émue que par les trois tomes précédents. J’ai aussi été un peu gênée par les nombreuses références à l’actualité politique, avec un retour sur la campagne présidentielle et une critique très féroce de Nicolas Sarkozy. Je ne suis pas de droite (oh la la, la révélation), mais bêtement, je trouve que cette BD n’avait pas besoin de ces références pour être ancrée dans le réel. La vérité des sentiments et des situations suffit à donner toute sa réalité au récit, et les artifices déployés ici sont un peu de trop, selon moi. Ça rend aussi cette histoire moins intemporelle, forcément plus datée.

Attention, Le Combat Ordinaire reste LA bd à lire, à relire, à dévorer, à posséder, à partager… Manu Larcenet y dévoile des trésors de sensibilité, un sens de la narration incroyable, et y met en scène une histoire qui parle à tout un chacun. Je ne connais pas grand chose au dessin, mais le trait est fin et nous plonge immédiatement dans l’ambiance toute particulière que réussit à instaurer Manu. Les personnages sont humains, avec leurs failles et leurs doutes et c’est ce qui fait la force de cette série. Si vous ne connaissez pas encore, je vous invite vraiment à la découvrir.

PS : ceci est mon premier billet sous Dotclear presque 2 : un énorme merci à Brian pour la mise à jour !

Le combat ordinaire, tome 4, Manu Larcenet
3 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Très bonne lecture en effet. Cependant je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur l’aspect encrage dans le temps. Je trouve ça très agréable de savoir dans quel contexte les personnages évoluent.

    Et puis dans quelques années ça permettra de se souvenir d’évènements proches déjà un peu oublié (la vision du 21 avril par les personnages de la bd est très bien vue je trouve).

    Enfin dans tout cela il y a des références autobiographiques, par conséquent ça légitime totalement le fait d’aborder certains sujets.

    répondre

  • Je suis peut-être passée à côté alors :/ Il faut dire que j’ai lu les trois premiers tomes il y a longtemps, et je n’ai pas pris le temps de les relire avant d’entamer le 4. Je n’étais peut-être pas dans l’univers…

    Après, je trouve que le fait de parler de personnages politiques en particulier rend le récit moins universel que lorsqu’il évoque des thèmes beaucoup plus larges et intemporels, comme la mort ou le chômage (ok c’est pas très joyeux : pour ceux qui n’ont jamais lu, ne vous arrêtez pas à ça). C’est juste mon avis :)

    répondre

  • Je ne suis pas un grand fan de BD, mais j’y viens petit à petit (d’ailleurs le dernier MonsieurLeChien me fait de l’oeil en ce moment); je tenterai peut être cette lecture sur tes conseils!

    Dotclear 2 arrive très bientôt, c’est quand même plus agréable (même s’il manque encore quelques plugins) – bon, je croise les doigts pour ton compteur feedburner, ça a pas encore bougé.

    répondre