Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

The autobiography of me too free, Bouzard

Lundi soir, 22h30, retour de la Mixblog. Le geek et moi passons devant un Virgin, encore ouvert. Petit moment d’excitation pour moi, la provinciale qui se rend compte que oui, à Paris, certaines librairies ferment à minuit ! (il m’aura fallu deux ans et demi pour le réaliser) D’un seul coup, j’avais l’impression d’être à New York (ne me demandez pas pourquoi), et j’ai eu très envie de dépenser des sous.

Résultat, quelques minutes plus tard, nous ressortions avec 4 BDs, une cinquantaine d’euros en moins sur mon compte, et un léger sentiment de culpabilité. Depuis qu’on vit ensemble, décidément, le geek et moi avons du mal à dépenser pour autre chose que le loyer / la nourriture / les factures (mais à part ça, on est trop fun, comme couple). Le côté positif, c’est que je mets de l’argent de côté pour quand on voudra s’acheter une maison en province, par exemple à Lille ou à Nantes (au hasard). Le côté négatif, c’est que j’aime bien dépenser, moi ! Et je n’aime pas me sentir coupable quand je succombe à ce doux plaisir…

Mercredi soir, je me suis donc installée confortablement dans mon lit (je pourrais dire « notre lit », mais c’est le mien, donc rendons à César ce qui est à César : Gaëtan ne fait que squatter mon magnifique futon Ikea)(hé ho le drip, quand est-ce qu’on s’achète un VRAI lit ?) avec The autobiography of me too free. Comme son nom l’indique, Bouzard y raconte sa vie, sa passion pour le jardinage et le rock, et ses relations difficiles avec son « con d’chien ». Je l’ai dévorée en trente minutes maxi, et j’en suis ressortie un peu déçue. Je gardais un très bon souvenir des deux premiers tomes, et j’aime toujours beaucoup les récits de vie, mais je pense que je suis dans une phase « livre » plutôt que « BD » : j’ai besoin que l’histoire s’installe vraiment, ce que ne permet pas vraiment le strip.

J’y ai aussi trouvé un peu moins d’humour et d’auto-dérision que dans les volumes précédents. Moins de nouveautés et de pépites. Peut-être que ma lecture des premiers tomes remonte à trop longtemps. Je vais donc donner une deuxième chance à ce livre, en relisant toute la série, dès que j’aurai un peu de temps. Si je change d’avis, j’éditerai mon billet, c’est promis !

Prochaine lecture : Le combat ordinaire, tome 4, de Manu Larcenet.

The autobiography of me too free, Bouzard
4 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Rassure toi, avec le combat ordinaire tu ne sera pas déçue.

    répondre

  • moi non plus je ne savais pas que certaines librairies ouvraient si tard, je ne dois pas aller où il faut… pareil, j’ai très envie de livres en ce moment, mais plutôt de la lecture de vacances « facile » et pas prise de tête ! Et tu sais, t’es pas la seule à culpabiliser à chaque achat autre que loyer / facture / bouffe… !
    Connais pas du tout les BD dont tu parles, mais je ne suis jamais vraiment intéressée à fond à cet univers à part astérix et boule et bill (rien à voir tu en conviens ;d)

    répondre

  • Ca me fait penser qu’il faut que je lises le t4 du Combat ordinaire et toutes les BDs en attente sur mon étagère !

    répondre

  • moi j’l’aime bien l’futon :)

    répondre