Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Les jolis pieds de Florence, Riad Sattouf

Je pense que mon mari nourrit une obsession secrète pour Riad Sattouf car à chaque fois qu’il fait un tour à la Fnac, il revient avec un de ses albums. Je ne m’en plains pas, j’adore ! La dernière fois, donc, c’était Les jolis pieds de Florence, premier tome des Pauvres aventures de Jérémie, qui date tout de même de 2003.

Je l’ai lu hier et j’ai été un peu perturbée par tout un tas d’éléments qui m’ont fait penser à ma vie : j’ai cru à un moment être sa muse secrète, qu’il avait embauché des gens pour me suivre au quotidien, puis je me suis rendue compte qu’en 2003 j’habitais encore dans le Nord et que tout n’était donc que pure coïcidence. Des drôles de coïncidence tout de même : le héros travaille dans une boite de jeux vidéo (comme moi). Boite de jeu qui travaille sur l’adaptation d’un blockbuster en jeu vidéo (un peu comme Ubi et Avatar). Le copain du héros, Jérémie, prend le RER pour se rendre à Gentilly (où j’ai vécu pendant deux ans), pour voir sa petite copine qui fait une école de théâtre (comme mon ancienne coloc à Gentilly, justement). Bref, ça m’a fait sourire mais Riad, si tu me lis, je sais que tout ceci n’est pas innocent, mais je suis une femme mariée maintenant.

Bon, j’arrête mes conneries, et je vous parle de ma lecture. C’était une chouette BD, comme je les aime. Des tranches de vie, des jeunes qui galèrent en amour, des histoires ratées, de l’humour… Quelques situations rocambolesques aussi, ce qui n’a pas été pour me déplaire, avec l’intervention d’un marabout qui révèlera à Jérémie les secrets de la jouissance féminine. On retrouve aussi l’obsession de Riad Sattouf pour les pieds, la même que dans son film Les beaux gosses (que j’ai enfin vu et que j’ai bien aimé). Ça m’a fait penser à Haruki Murakami et à sa fascination pour les oreilles…

Je ne lui mettrais pas non plus une note optimale, car ça reste une BD sans grande prétention, et que je ne pense pas qu’elle me marquera très longtemps. Un bon album quand on veut se détendre et ne pas se prendre la tête ! Riad Sattouf se place malgré tout tout doucement dans les auteurs dont je possède le plus de BD, un bon signe.

Les jolis pieds de Florence, Riad Sattouf
9 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.