Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

L’hypnose : premier bilan

Après un peu plus de deux mois et quatre séances d’hypnose pour lutter contre mon émétophobie et plus largement contre mes angoisses, j’avais envie d’établir un premier bilan : comment se déroule une séance, est-ce que c’est efficace, qu’est-ce que ça change au quotidien… ?

Je vais vous parler de ce que je connais, c’est-à-dire de ma propre expérience : chaque personne est bien évidemment différente, chaque thérapeute aussi. Je ne suis pas encore arrivée au bout de ma thérapie mais les avancées sont déjà suffisamment importantes pour que je partage ça avec vous !

fleurs apaisantes

L’hypnose, comment ça marche ?

J’ai posé cette question à ma thérapeute, qui m’a dit qu’on ne savait pas vraiment très bien comment ça fonctionnait (et aussi qu’il fallait arrêter de tout intellectualiser : le principal, c’est que c’est efficace). Je ne vous dirai donc pas comment ça marche car je n’en sais rien du tout, à part que lors d’une séance d’hypnose, il se passe des choses dans certaines zones du cerveau. L’idée serait d’accéder plus facilement à l’inconscient, aux émotions, pour travailler en profondeur sur les blocages et instaurer un changement durable. L’hypnose peut être utilisée pour traiter différents troubles : stress, addiction, manque de confiance en soi, déprime…

En revanche, ce qu’il faut savoir, c’est que l’hypnose est certes un “état modifié de conscience” mais que, contrairement à ce qu’on pourrait penser (merci les spectacles d’hypnose à la télé), la personne hypnotisée reste consciente de ce qu’il se passe et ne fera rien contre sa volonté ou ses valeurs.

C’est une crainte que j’avais et qui est, je crois, partagée par beaucoup de personnes. Mais je vous le confirme : pendant la séance, je parle, je réponds aux questions que la thérapeute me pose, et je me souviens de nos échanges une fois sortie de l’état hypnotique. Et si elle me demandait de, au hasard, imiter la poule (ce qu’elle ne fera pas – la relation avec le thérapeute est basée sur la confiance et le respect), je serais en mesure de refuser.

Il faut donc bien différencier l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique.

Pourquoi je fais de l’hypnose ? Histoire de mon émétophobie

J’ai commencé mes séances d’hypnose début mars pour lutter contre mon émétophobie (phobie des vomissements) et mes angoisses.

Je suis émétophobe depuis très longtemps (mes premiers souvenirs d’angoisses liées au vomi datent du CP) et cette phobie a pris peu à peu le contrôle de ma vie, en me privant de beaucoup de libertés. Elle s’exprime de multiples manières (et différemment chez chaque phobique) : difficultés à manger, peur d’aller au restaurant, de la gastro, des repas de famille ou entre amis, des aliments considérés comme risqués (huitres, aliments gras, sucrés, alcool), d’être enceinte…

Au quotidien, ça peut devenir très handicapant : crises d’angoisse à répétition, perte de poids, peur de sortir de chez soi, de prendre les transports, de voir du monde…

J’ai à plusieurs reprises essayé de guérir de mon émétophobie, sans succès. J’ai vu différents psy et j’ai notamment pris un traitement anti-dépresseur pendant quelques années, à faible dose, qui m’aidait énormément. Mais dès que je l’arrêtais, la phobie revenait… Je ne voulais plus être prisonnière de ce traitement qui me fatiguait beaucoup et dont les effets à long terme m’inquiétaient.

Je suis aussi allée voir un micro-kiné et une magnétiseuse mais, même si j’en suis ressortie détendue, ça ne m’a pas convaincue et je n’y suis pas retournée. Je pense qu’à l’époque, je n’étais pas forcément prête à guérir : une phobie, aussi pénible soit-elle, prend beaucoup de place dans une vie et finit presque par vous définir. Ne plus être phobique, c’est se confronter à plein de choses… Si la phobie fragilise, quelque part elle protège aussi. J’en ai pris conscience lors de ma première séance d’hypnose : je visualisais ma phobie comme quelque chose de très noir, très pesant, qui “m’entourait”, mais quand je la “gommais”, je me sentais d’un seul coup très démunie, j’avais perdue ma carapace.

Mon changement de vie il y a 1 an et demi n’est pas arrivé par hasard : je me sentais prête à me confronter à tout ça, je voulais aller mieux, aller de l’avant. J’ai donc repris contact avec une psy qui m’avait suivie pendant plusieurs séances avant que je n’abandonne, et on a recommencé ensemble une thérapie comportementale cognitive (TCC) : c’est une thérapie qui travaille uniquement sur la phobie et pas du tout sur ses causes, en confrontant le patient à l’objet de sa peur, par paliers. Une sorte de désensibilisation, en quelque sorte.

Mais ça n’allait pas assez vite à mon goût : après 30 ans de peur, j’avais envie que les choses s’améliorent rapidement ! J’avais souvent entendu dire que l’hypnose était efficace contre les phobies, et j’ai donc franchi le cap (non sans appréhension).

Je poursuis aujourd’hui en parallèle ma TCC et l’hypnose, avec un peu de méditation et de pleine conscience.

Déroulement d’une séance d’hypnose

Chaque hypno-thérapeute fonctionne différemment j’imagine donc je ne vous parlerai que de ce que j’ai expérimenté avec ma propre thérapeute.

Une séance type dure environ 1 heure : on discute pendant quelques minutes, on fait le point sur ce qu’il s’est passé depuis la dernière séance, puis on passe à la partie hypnose.

Je suis semble-t-il assez réceptive, et dès que je m’allonge et qu’elle me dit qu’on démarre, je sens que des choses se passent dans mon corps : ma tête devient lourde, puis diverses sensations se succèdent (mon rythme cardiaque s’accélère, j’ai chaud…). Encore une fois, je pense que chacun a ses propres réactions et sensations.

Elle me pose ensuite des questions, auxquelles je réponds à mon rythme. Parfois, les réponses sont évidentes, parfois moins (on prend le temps et des images finissent par arriver), et elles aboutissent souvent à des prises de conscience. C’est le patient qui trouve ses propres solutions et réponses : l’hypno-thérapeute n’est là que pour l’accompagner. C’est assez perturbant : ce sont des choses que je savais déjà plus ou moins, mais en prendre conscience alors que je suis dans un état hypnotique fait que d’un coup, ça devient une évidence ! Ce qu’on sait avec son cerveau rationnel, d’un seul coup, notre cerveau émotionnel l’intègre, lui aussi.

Ma thérapeute travaille finalement assez peu sur la phobie en elle-même, et cherche beaucoup à en identifier les origines. On travaille sur plein d’aspects différents (mon enfance, ma confiance en moi, ma relation aux autres…). Je n’étais pas persuadée que c’était la solution, mais comme je suis une TCC en parallèle, je trouve que les deux méthodes se complètent bien : les causes d’une part, les conséquences de l’autre, on travaille sur la globalité.

J’ai discuté avec d’autres phobiques qui utilisent eux aussi l’hypnose pour lutter contre leur phobie, et certains hypno-thérapeutes utilisent des méthodes de TCC : ils profitent de l’état hypnotique pour confronter le patient à l’objet de sa peur.

L’hypnose, est-ce que ça marche ?

Au début, j’ai été assez déçue. Je m’attendais à un miracle je pense, à un gros déclic : je voulais sortir de la première séance guérie ! Ce n’était bien évidemment pas le cas…

Lorsque je lui en ai parlé, à la deuxième séance, elle m’a beaucoup rassurée et m’a expliqué que ce n’était pas miraculeux, qu’il n’y avait pas en moi un bouton on/off qui allumait ou éteignait les angoisses. En revanche, on peut imaginer un curseur, comme un variateur de lumière, qu’on va faire glisser tranquillement jusqu’à ce que je retrouve les libertés auxquelles j’avais renoncé.

Aujourd’hui, après quatre séances (en deux mois), j’ai l’impression d’avoir fait de gros progrès. Ma phobie n’a pas disparu mais elle ne m’obsède plus, j’y pense plusieurs fois par jour mais pas en permanence comme c’était le cas avant. J’ai encore des angoisses mais elles disparaissent beaucoup plus rapidement qu’avant : quelque chose qui aurait pu me stresser pendant toute une journée ne m’inquiète plus que quelques minutes. Je retrouve du plaisir dans la nourriture, je goûte des choses nouvelles (ce qui était difficilement envisageable avant). Et puis j’ai fait des choses dont je n’aurais jamais été capable : le vol en ULM par exemple.

Quelle est la part de l’hypnose dans tout ça ? Difficile à dire, car en parallèle, il y a la TCC et la méditation qui aident beaucoup. Et puis l’envie de s’en sortir, qui est primordiale et qui est un vrai moteur. Je pense que le printemps joue aussi : le soleil, la lumière, ça aide !

Je ne considère pas la partie gagnée : je sais que la phobie peut revenir, en période de stress ou de fatigue, avec l’hiver et son cortège de gastro. Mais j’accueille déjà ces quelques semaines de répit comme un grand cadeau ! C’est toujours ça de pris :)

L’hypnose, est-ce fait pour tout le monde ?

Comme je le disais en intro, chaque personne est différente. J’ai discuté avec des gens pour qui l’hypnose n’a pas fonctionné : ils n’étaient pas réceptifs, n’arrivaient pas à entrer en état hypnotique, n’y croyaient pas, n’ont pas vu d’effet… Je ne pense pas qu’il faille forcer les choses : si ça ne vous convient pas, il existe d’autres solutions.

Changer de thérapeute si on pense que le problème vient de là (il faut se sentir en confiance). Ou se tourner vers d’autres méthodes (la TCC, l’acupuncture, le magnétisme, l’homéopathie, la sophrologie, le yoga… peu importe, tant qu’elle vous convient). Une bonne hygiène de vie est primordiale également : ma psy me dit toujours que la fatigue est le pire ennemi du phobique.

Témoignages et questions

N’hésitez pas si vous avez des questions, j’essaierai d’y répondre en commentaire (dans la mesure de mes compétences : je ne suis pas une experte) ! Si vous avez déjà testé l’hypnose, que ce soit pour une phobie ou tout autre souci, partagez votre expérience avec nous : ça enrichira cet article :)

J’en profite pour remercier les lectrices qui m’ont donné des contacts de thérapeutes et avec qui j’ai pu échanger : merci beaucoup les filles !

L’hypnose : premier bilan
80 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

  • Bonjour, étant moi aussi émetophobe ton article m’a beaucoup plu et je me suis totalement retrouvée dans la description de tes angoisses :) Merci pour ton article !

    répondre

  • Bonjour Juliette,
    et merci pour cet article très intéressant, que j’attendais de pied ferme!
    J’ai une question toute simple : comment as-tu trouvé ta thérapeute? Par le bouche-à-oreille? Sur recommandation d’un médecin? En regardant dans les pages jaunes?
    Je serais moi-même assez intéressée par l’hypnose, mais cette technique a encore un côté un peu «borderline» je trouve (sans doute à cause du traitement spectaculaire qu’en font les médias) : j’aurais peur de tomber sur un gourou new-age thérapeute autoproclamé, si tu vois ce que je veux dire…
    Certes, on peut en changer, mais autant éviter les mauvaises surprises!
    Merci d’avance, bonne journée!

    répondre

    • J’avais posé la question dans un de mes articles du dimanche, et deux lectrices m’ont donné les contacts de leur thérapeute. J’avais besoin d’être rassurée, moi aussi j’avais peur de tomber sur un charlatan ;) Je pense que le bouche-à-oreille est une bonne solution du coup : tu peux demander à ton entourage, ou à d’autres médecins qui te suivent par exemple.

      répondre

  • J’ai testé et teste encore l’hypnose. Il est trop tôt pour moi pour faire un bilan. Je souffre depuis 3 ans d’une maladie chronique non visible très handicapante et qui génère de fortes douleurs et donc de la souffrance physique et morale. La psy classique n’a strictement aucun effet sur le problème malheureusement. J’ai vu tout un tas de médecins mais peu connaissent la maladie. Mon généraliste, qui pratique l’hypnose-relaxation, m’a proposé quelques séances l’an dernier. Cela me faisait un peu de bien sur le coup mais il n’en restait plus grand chose 2 jours après… Depuis quelques mois (9 séances), je vois quelqu’un qui utilise différentes méthodes de thérapie comportementale et qui commence à me faire faire un peu d’hypnose relaxation, de façon assez courte (20 minutes max), plus pour prendre des repères et m’aider à accepter le mal. La partie plus « traitante » devrait être pour la fin d’année. Je sens bien l’état modifié du corps, plus lourd, mais je crois qu’il ne me viendrait encore pas de réponse ou autres… Bref, wait and see mais je croise fort les doigts ! Contente que tu puisses voir des évolutions de ton côté !

    répondre

    • J’espère que cela va finir par t’apaiser, je suis désolée pour ta maladie chronique :/ Tu as raison de parler d’acceptation du mal, je pense que c’est un grand pas en avant déjà : je ne sais pas si tu as testé la méditation ? Dans l’application Headspace, il parle beaucoup du fait d’accepter et d’observer la souffrance, les émotions négatives, plutôt que de les rejeter en bloc.

      répondre

      • Merci ;-) J’espère guérir car la guérison est possible ! #positiveattitude
        Je ne suis pas ultra douée en anglais donc, pour le peu que j’ai écouté, je n’ai pas tout suivi même si la voix parle lentement ;-) Mais je m’efforce de faire beaucoup de choses pour éloigner le stress !

        répondre

    • Ma thérapeute la pratique mais je n’ai pas testé, on reste sur l’hypnose « classique » pour le moment. J’en ai entendu beaucoup de bien également !

      répondre

  • Wahou, j’ai une amie émétophobe, je lui transfère ton billet. Quel parcours, je ne me doutais pas un seul instant à quel point cela peut vous handicaper au quotidien. J’espère que tu vas continuer de progresser et que tu arriveras à vivre avec ou à guérir. Bon courage et merci pour ce partage

    répondre

    • J’espère que ça pourra l’aider :) La phobie existe à différents degrés, j’ai connu des émétophobes peu gênés dans leur quotidien, et d’autres qui ne pouvaient plus du tout sortir de chez eux. N’importe quelle phobie peut devenir très handicapante, au final, à partir du moment où elle entraine une hyper-vigilance constante. On peut être phobique des bananes par exemple : quelqu’un d’extérieur se dirait qu’on ne mange pas des bananes tous les jours, il suffit de ne pas en acheter. Mais le phobique va avoir peur d’aller au supermarché, de passer devant une épicerie dans la rue, de voir quelqu’un en manger une dans les transports, etc… et au final, il va se mettre à éviter toutes ces situations et se gâcher la vie :/

      répondre

  • Bonjour et merci pour cet article très complet et pertinent :)
    Si ça t’intéresse, j’ai un contact qui est lui aussi hypnothérapeute et qui communique souvent dans des podcasts etc à propos de l’assise scientifique de l’hypno thérapie, c’est super intéressant. Un exemple : http://www.cygnification.com/verite-lhypnose-interview-jeremy-royaux/
    Bonne journée à toi !

    répondre

  • Bonjour Juliette,
    merci pour cet article. Moi non plus, je n’imaginais pas à quel point ce pouvait être aussi handicapant.
    Bon courage sur le long chemin de la « guérison ». Et même si tu n’y arrive pas totalement, ton chemin aura été tellement enrichissant. Bravo pour tout ca !

    répondre

  • Merci beaucoup pour cet article, je l’attendais avec impatience :)
    Je me pose aussi la question de me tourner vers l’hypnose depuis un moment. Je ne suis pas émétophobe, mais j’ai de gros troubles relationnels et je souffre d’agoraphobie et de dépression. Bref, c’est la joie xD En ce moment, ça va à peu près bien, grâce à un traitement, pas trop lourd, mais un traitement quand même.
    J’aimerais quand même tenter l’hypnose pour savoir d’où tout ça vient. Au moins essayer.
    En tout cas, je te redis merci pour cet article et je suis contente de constater que ça a des effets positifs sur toi ;) Ça va m’aider, je pense, à franchir le pas d’appeler le thérapeute dont j’ai noté le numéro depuis quelque temps :)

    répondre

    • Bon courage, j’espère que ça portera ses fruits ! Si le traitement te fait du bien, il n’y a pas de mal : on ne demande pas à un mec qui a la jambe cassée de marcher sans béquille ;)

      répondre

  • Article vraiment très intéressant et qui m’interpelle beaucoup. J’ai testé l’EMDR pour traiter une agression et aussi un état de gros stress suite à des soucis. Clea m’a fait beaucoup de bien mais pas mal secoué selon les séances. Mais ces séances m’ont apporté de la sérénité. Elles sont complétées par des RDV avec une psychologue que je continue à voir. Mais, n’ayant pas revécu un stress traumatique, je ne sais pas si je serai capable de m’en sortir à nouveau.

    répondre

    • Je pense qu’on est capable de beaucoup plus de choses qu’on ne croit :) Je ne te souhaite pas de revivre un trauma, mais aie confiance en tes capacités :)

      répondre

  • Un article qu fait plaisir à lire, vraiment ! Depuis plusieurs années, je traverse des périodes de déprime et de phobie aussi. J’ai entamé un travail avec une psychologue depuis 6 mois et pour le moment j’alterne les phases où ça va mieux, et des phases où c’est plus dur et qui me font douter quant au fait d’aller vraiment mieux un jour. Depuis un moment déjà que je te lis, je voulais déjà te dire que je t’admirais beaucoup de te livrer ainsi et de parler librement de ta phobie. Ton expérience avec l’hypnose me donne envie de tester, de même que la méditation. Et sans vouloir écrire un roman : ma thérapeute m’a expliqué aussi que mes peurs me tenaient compagnie en quelque sorte alors je comprends à 100 % ce que tu dis quand tu parles de carapace. J’espère de tout coeur tous ces efforts que tu fais porteront leurs fruits, c’est une très belle bataille que tu mènes :)

    répondre

    • Merci pour ton commentaire, et bon courage : aller voir un psy, c’est le début de la guérison, mais ça remue aussi plein de choses, c’est normal qu’il y ait des phases de moins bien :) Il faut persévérer et ça finira par marcher !

      répondre

  • J’étais vraiment curieuse de lire ton ressenti au sujet de l’hypnose.
    Je sais que j’aurais un grand besoin de voir un thérapeute pour m’aider à dénouer certains noeuds, mais quelque chose en moi a décidé que je n’étais pas de nature à ce que le fait de me confier à un professionnel puisse m’aider. Je me suis braquée (gare à celui qui me parle de psychologue !) – bêtement, sûrement -, et n’ai jamais poussé la porte de chez personne Lire des retours d’expérience à propos d’approches un peu « alternatives » me fait réfléchir à tout ça, et c’est déjà une petite avancée !

    répondre

    • Tant mieux si ça t’aide à réfléchir, et puis les psys ne sont pas forcément la solution à tout non plus : à chacun de trouver ce qui l’aide à avancer :)

      répondre

  • Comme le dis « madame » dans un commentaire, j’ai également des amies émétophobes et je ne pensais pas que ça puisse être aussi envahissant et angoissant.

    Je trouve très touchant ton témoignage, sur un sujet très personnel.
    Cela permettra sûrement de mieux comprendre les personnes concernées, d’être plus attentifs.
    Merci de nous livrer ton experience, et courage pour la suite de la thérapie :-), tout travail finit toujours par payer ;-) !!!

    répondre

    • Merci pour ton commentaire :) Une phobie est toujours difficile à comprendre quand on ne la vit pas soi-même, j’essaie d’être pédagogue avec les gens qui m’entourent et je ne leur en veux pas s’ils ont du mal à réaliser ce que ça implique. En revanche, certaines personnes ne respectent pas la peur des autres, se moquent ou font exprès de confronter la personne à ce qu’elle craint et ça, ça m’agace vraiment !

      répondre

  • Article super intéressant! J’espère que ça va fonctionner sur toi en tout cas, pour que cette phobie disparaisse définitivement! Bisou

    répondre

  • Hyper intéressant, merci pour cet article !
    Je pense que j’y serai réceptive, je suis énormément réceptive à ce genre de choses (quand je vois comment je pars au quart de tour avec la méditation ou la sophro…)
    Je pense que l’hypnose est plus pour moi qu’une thérapie TCC, parce que j’ai, certes, peur des insectes mais j’ai aussi tout un tas de phobies plus générales et je pense qu’il faut que je m’occupe de ça en premier… (Et puis ici, ça commence à aller un peu mieux avec les insectes, même si je ne suis pas toujours sereine, je n’y pense pas en permanence).

    Tu as l’air de bien avancer, c’est super, et encourageant !
    Bon courage pour la suite :D

    répondre

    • La TCC est indiquée dans pas mal de cas : phobies, anxiété, dépression, addictions… Mais après, il faut faire comme on le sent, et avec les outils qui nous parlent le plus :) Merci pour ton commentaire !

      répondre

  • Merci pour cette article Juliette.
    Parler de ta phobie me semble être un pas de plus dans l’acceptation et joue surement un rôle dans ta volonté d’y arriver. Je crois que les médecines dites alternatives sont tout simplement des méthodes qui sortent de notre culture occidentale. On parle toujours de charlatans mais pensez-vous que tous les médecins occidentaux sont compétents ? On parle de soigner l’humain, personne ne sait donc tout à ce sujet. Il faut donc trouver la personne avec qui on se sent en confiance. Pas toujours simple, j’en conviens! Ta thérapeute souligne l’importance de l’hygiène de vie, tu parles de complémentarité des méthodes, je crois que tout est là. Ne pas séparer corps et cerveau, avoir une approche globale et arriver à s’écouter sereinement. Un long chemin de découverte de soi, d’acceptation de soi, d’équilibre. Le chemin de la vie. Belle journée Juliette

    répondre

  • Bonjour,
    Merci pour ce témoignage et ces explications. C’est très intéressant et je pense me pencher un peu sur le sujet vu que je suis quelqu’un de très angoissée et facilement stressée par toutes les contrariétés de la vie.
    Bon courage pour la suite :)

    répondre

  • Je suis arachnophobe. J’ai la phobie, principalement, des grosses araignées des jardins, que l’on trouve dans les tas de bois. Personnellement, je le vis assez mal… Lorsque arrive l’été, le soleil, la chaleur, les vacances, je suis censée être heureuse, souriante, comme tout le monde… Et pourtant, c’est la saison où il y a de très grands risques (la canicule actuelle n’aide vraiment pas) que des araignées entrent dans la maison (surtout ma chambre qui est en bas). Je ne suis pas bien dans la chambre, toujours à guetter les murs au cas où, à scruter les moindres coins du plafond et du sol… Je n’ai pas honte de dire que « ne pas avoir peur des araignées » fait partie de mes critères chez un homme. Fred n’est absolument pas intimidé par ces bestioles et ça me soulage beaucoup. C’est simple : lorsqu’il y a une araignée, je panique mais je ne suis plus dans un état de pleurs/cris/tremblements/crises d’angoisse etc…

    J’ai souvent pensé à l’hypnose mais la présence de Fred a rendu, depuis, ce besoin optionnel. Mes soirées actuelles restent assez angoissantes. Par contre, s’il est absent, c’est la panique ! (la bombe insecticide a pris place sur la table de chevet bien que paralysée par la peur, je suis incapable de m’en servir, ah ah).

    Je crois que tu partages la même phobie qu’Anne (Annouchka) mais je ne sais pas comment elle le vit (le degré de peurs). Je connais cette phobie mais je n’imaginais pas à ce point. Et encore moins chez toi qui ne laisses rien transparaître. J’imagine à quel point c’est difficile au quotidien mais de ce que tu montres de ta vie (sorties, resto, voyages), tu gères comme une chef !

    répondre

    • Courage, ta phobie n’a pas l’air simple à gérer :/ J’espère que tu trouveras une solution : même si la présence de Fred t’aide, ça serait bien que tu puisses gérer toute seule aussi. Ma psy de TCC a traité beaucoup d’arachnophobes, je pense que ce type de thérapies convient bien à ce genre de phobies.

      Merci, je ne gère pas toujours très bien, il y a eu des périodes vraiment difficiles mais bon, le blog n’est pas là pour me plaindre, je préfère montrer le positif ;)

      répondre

  • Bonjour,

    Merci pour ce retour de tes séances d’hypnose. J’aimerais savoir s’il existe une association « officielle » d’hypnothérapeutes vers laquelle on pourrait se tourner pour trouver un praticien dans sa région.

    Mon gastro-entérologue m’a conseillé l’hypnose, sans m’indiquer de nom de thérapeute et du coup je ne sais pas du tout vers qui me tourner….

    répondre

    • Bonjour,
      Je sais qu’il y a l’Institut Français d’Hypnose, très réputé pour ses formations de qualité (en hypnothérapie, hypnose analgésique etc). Deux amies psychologues ont fait une formation là-bas, en ont été enchantées et ont de très bons résultats avec leurs patients. Il y a un annuaire des thérapeutes par spécialité sur leur site.

      répondre

    • Je ne sais pas du tout pour l’association officielle : je trouve des choses sur Google mais je ne sais pas à quel point c’est fiable. Essaie d’en parler à ton généraliste, ou autour de toi : le bouche-à-oreille, ça fonctionne bien généralement. Bon courage :)

      répondre

  • Merci pour cet article clair et très intéressant. Je me rends compte que j’avais beaucoup d’idées fausses sur l’hypnose… C’est chouette en tout cas si cela te permet d’avancer dans le bon sens. Je crois aussi que l’association de plusieurs techniques et une bonne hygiène de vie sont essentielles. Et le fait de vouloir se battre, c’est déjà un très grand pas ! Tu décris très bien en tout cas à quel point ces angoisses finissent par occuper une très grande place dans la vie quotidienne et par nous « empêcher ». Ta prise de conscience sur le fait que la phobie était aussi une sorte de « protection » est très intéressante et me fait du coup réfléchir sur mes propres angoisses et phobies… Merci en tout cas de nous faire partager tout ça avec sincérité !

    répondre

  • Bonjour Juliette,

    une émission France Culture qui tombe à point, « comment l’hypnose agit-elle sur le cerveau » : http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-comment-l-hypnose-agit-elle-sur-le-cerveau-2015-07-03

    Bonne semaine!
    Marie

    répondre

  • Super ton article ! Je pensais faire de l’hypnose car comme toi j’ai une phobie qui me pourrit la vie, et qui peut même s’avérer dangereuse tant je ne suis pas sure de contrôler mes réactions face à elle. Enfin même en parler me fait quelque chose donc pas sure d’être encore prête à parler avec un thérapeute, mais j’y pense sérieusement. A bientôt, bises.

    répondre

    • Si même en parler te fait quelque chose, c’est qu’il faut que tu trouves une solution quand même :) Bon courage !!

      répondre

  • Merci pour cet article! Déjà je trouve qu’oser parler de tes angoisses ici est très courageux. Et l’acceptation est un sacré pas vers la guérison.
    C’est notamment un de tes posts sur le sujet qui m’avait donné envie de sauter le cap de l’hypnose (fait!), d’autant que ta phobie résonnait bien en moi. J’ai une colopathie, et du coup ai été longtemps laxophobe (en gros la crainte que ça sorte, mais par le bas, pas glamour non plus quoi!), phobie qui s’est quand même un peu apaisée avec le temps, mais qui peut être encore bien gênante, d’autant que rien que le fait de stresser peut suffire à déclencher de réels symptômes. Et puis sur un autre post tu m’avais bien rassurée dans un commentaire que j’avais laissé, concernant la déception post-première séance…
    Je comprends tout à fait ce que tu dis quand tu parles de carapace. Je me suis toujours demandée si ma phobie n’était pas là pour cacher une sorte de dépression, ou pour me permettre de m’isoler, de ne pas rencontrer quelqu’un, donc de ne pas trop me mettre en danger… Et depuis quelques temps, j’accepte mieux mes symptômes, mais après 3 séances d’hypnose, ça va encore mieux. La première séance n’a pas vraiment « fonctionné », il m’a fallu deux séances de plus pour me sentir en confiance, lâcher prise et me détendre réellement. Du coup j’ai été enchantée de ma séance d’hier.
    (Par contre ma psy ne me demande pas de parler pendant la séance, elle demande juste à mon inconscient de lui faire un signe quand il a bien intégré ce qu’elle lui a demandé de réaliser, ce qui se manifeste souvent par un clignement d’oeil ou un sursaut de doigts. Mais chacun a ses techniques).
    En tous cas, je retrouve plus de sérénité dans ma vie de tous les jours, plus d’élan pour faire les choses, et me sens moins « passive » (au lieu de ruminer, cogiter et procrastiner, je passe plus facilement à l’action). Ce qui est chouette dans cette technique, c’est qu’elle n’agit pas que sur la peur ou le symptôme, mais sur tout ce qui gravite autour, et ça me semble bien plus pertinent.
    Bref, je te souhaite une belle continuation dans ta recherche de bien-être, et n’hésite pas à nous tenir au courant des avancées de temps en temps!

    répondre

  • Chouette témoignage Juliette. Je m’interesse à l’hypnose depuis plus d’un an car j’ai eu la chance de voir des interventions sous hypnose (ablation de la thyroide) et de faire une séance sur moi, puis j’ai sauté le pas et j’ai faut une formation d’hypnose en obstétrique (étant sage-femme) pour les aider à mieux vivre les choses, mieux les accompagner, que ce soit des gestes simples (toucher vaginal, pose de catheter) ou plus angoissants (césariennes en urgences, menace d’accouchement prématuré) et j’ai de bons retours. Je trouve vraiment que cette méthode est un super outil !

    répondre

  • Bonjour Juliette :)
    Au vu de ton expérience, de ce que tu as appris à ce sujet et des échanges que tu as pu avoir avec des gens qui ont tenté cette expérience, j’aimerais avoir ton avis sur mon cas : penses-tu que l’hypnose soit efficace sur ma phobie de conduire ? J’ai mon permis depuis des années (enfin 7 ans), une voiture depuis 2 ans (j’ai dû faire 30 km avec en 2 ans…), alors certes ça va mieux qu’au début, mais c’est quand même une phobie énorme, je me prive de bcp bcp de choses parce que j’ai la trouille de conduire, et je n’habite pas à Paris mais plutôt à la campagne… Peur de moi-même, de mes réflex (ou absence de reflex ^^), peur aussi des autres, etc. et puis de toute façon je n’ai pas conduit depuis 7 mois et ma voiture attend depuis tout ce temps pour être amenée au garage, même ça j’en ai peur, aller jusqu’au garage, parler au garagiste (oui c’est vraiment une vraie phobie très handicapante, ça va jusque là). J’en ai mal au ventre à chaque fois que j’y pense.
    Bref, je ne m’étale pas plus, mais il se trouve que j’ai l’impression que l’hypnose pourrait être efficace et j’avais envie d’avoir ton avis sur la question, de même si tu penses qu’une TCC pourrait être adaptée… ?
    Je t’en remercie beaucoup d’avance !

    Passe une très bonne fin de journée,

    Marièle

    répondre

    • Bonjour Marièle,
      Je trouve ça délicat de te conseiller, c’est un sujet tellement important et chaque cas est unique :) Mais je t’encourage vivement à prendre les choses en main : ta phobie a l’air très handicapante et de te priver de beaucoup de libertés et tu passes surement à côté de beaucoup de trucs chouettes, c’est dommage ! Hypnose ou TCC, je pense qu’il faut tester, voir ce à quoi tu réagis le mieux. Pour ce type de phobies, la TCC peut se révéler, je pense, assez efficace. Quant à l’hypnose, ça peut être intéressant aussi, si tu y es réceptive. Le mieux, c’est de tester, de rencontrer des professionnels et de voir ce qui te correspond le mieux et t’aide le plus à avancer :) Dans tous les cas, commencer à s’attaquer à sa phobie, c’est déjà un énorme pas en avant et ça ne peut te faire que du bien ! Bon courage !

      répondre

  • Merci !
    Je suis exactement au même stade que vous mais une psychanalyse.
    J ai trouvé les causes de mon emetophobie, des crises d angoisses et de panique.
    Parfois c est flou mais pour la phobie en elle mm, c est clair. Le tout est d apprendre à ce qu elle ne me handicape plus.
    C est étonnant de voir à quel point nous avons effectuer le même travail par des méthodes certes différentes mais je croirais me lire.
    merci de votre partage et sincerement bonne continuation.
    L été est encore là, donc l hiver est encore loin ;)

    répondre

  • Bonjour,

    Heureuse d’être tombée sur ce témoignage sur l’émétophobie car je suis un peu paumée.Ma fille a fait sa première crise d’angoisse mi-mai 2015 ,liée à la peur de vomir avec tous les symptômes et handicapes dont vous avez souffert.J’ai entendu parler par mes proches de la méthode Emdr ,la connaissez-vous?
    Merci à vous.

    répondre

    • Bonjour Emmanuelle, j’en ai aussi beaucoup entendu parler, c’est une forme d’hypnose il me semble, liée au mouvement des yeux. Apparemment ça peut être efficace, je n’ai jamais testé ! Dans tous les cas, je vous conseille de ne pas laisser les choses s’installer, et en plus des éventuelles thérapies (hypnose, EMDR, TCC…), il y a des petits trucs qui peuvent aider à soulager les angoisses : des exercices de relaxation, de la méditation, une bonne hygiène de vie (la fatigue est le pire ennemi du phobique)… Souvent, la phobie profite d’une petite faiblesse pour prendre ses quartiers : je sais que je suis beaucoup plus sujette aux crises lorsque je suis stressée, fatiguée, contrariée… Ma psy me dit souvent que si j’étais migraineuse, dans ces moments, j’aurais des migraines. Si je faisais de l’eczéma, je ferais une crise d’eczéma. Mais je suis phobique, donc c’est la phobie qui revient. Prendre conscience de la façon dont ça fonctionne, ça aide pas mal je trouve :) Bon courage à votre fille (et à vous !)

      répondre

  • Bonsoir
    Je me présente je m’appelle Sara et je cherche un bon hypnotiseur à Paris je vous prie de bien vouloir me communiquer l’adresse de votre psy
    Merci ?

    répondre

  • Bonjour Juliette,
    Tout d’abord je voulais te dire que j’aime beaucoup ton site. Je suis particulièrement sensible à tes articles de voyage car c’est ma passion. J’étais donc passée à côté de cet article que j’ai découvert grâce à ton bilan de l’année.
    Je suis heureuse et émue de l’avoir lu. J’ai ressenti pour la première fois tout ce que tu décris il y a quelques années. Peur de tout ce qui pourrait être lié de près ou de loin au fait de vomir. Tout ce que tu as dit a tellement résonné en moi, c’est fou. Je me suis clairement enfermée chez moi surtout en hiver par peur de croiser des gens qui avaient la gastro, j’ai aussi perdu beaucoup de poids puis repris à mesure que les crises se faisaient plus ou moins intenses. Surtout, j’avais du mal à en parler aux autres, j’avais peur d’être prise pour une folle. Aujourd’hui, ça va un peu mieux mais ce n’est clairement pas terminé. Je n’en parle pas beaucoup autour de moi, la plupart des gens ne comprennent pas pourquoi je ne bois pas beaucoup d’alcool et se donnent pour mission de me saouler. Ils ne comprennent pas que la phobie est bien sûr plus forte. J’ai essayé de consulter une psychologue mais cela n’a pas vraiment fonctionné. Ton article me donne donc beaucoup d’espoir…
    Je veux surtout te dire merci d’avoir partagé cela. C’est bête, mais je me sens moins seule et plus ‘normale’. Je te souhaite une année 2016 libérée de cette phobie.
    Aurore

    répondre

    • Merci Aurore :) Cette phobie est plus courante qu’on ne le croit, mais effectivement, ce n’est pas quelque chose dont on parle facilement… D’autant que les gens, généralement, répondent quelque chose du genre « personne n’aime vomir… ». En effet, personne n’aime vomir, mais la phobie, c’est sans commune mesure avec ça. Bref, j’espère que tu trouveras des solutions : hyponose, tcc, méditation, il y a plein de pistes à explorer pour aller mieux :) Bonne chance !

      répondre

  • Fransou David

    Mon ado de fils à le même problème que vous. Cela est ciblé le soir, il se prive de dîner pour que la crise d angoisse ne se transforme pas en menace de suicide. Cela lui pourri la vie et la notre par voie de conséquence. J ai pris un emorme plaisir à vous lire. Chacun gère de manières différentes. Je crois très fort en cette technique et me dis que mon petit homme va s’en sortir

    répondre

    • Je comprends, j’ai aussi eu des difficultés à me nourrir à certaines périodes, et je sautais souvent le dîner, de peur d’être malade la nuit… Bon courage à lui et à vous, j’espère que ses efforts porteront ses fruits :)

      répondre

  • Bonjour Juliette,

    Merci pour ton article, c’est dingue comme je m’y retrouve ! Je suis également émétophobe et comme toi, ça me pourrit la vie. Puisqu’en plus d’avoir peur de vomir, je deviens très angoissée quand quelqu’un vomi près de moi. Donc tous les transports en commun, les endroits fermés, des voyages dans des pays lointains m’angoisse. Je pars bientôt en échange universitaire en Chine et j’aimerais vraiment évoluer d’ici là (sans forcément guérir car je me doute que le processus est long). Pourrais tu m’indiquer ton thérapeute si tu le veux bien, pour déjà m’orienter… Je ne sais pas trop quel type aller voir (ericksonien ou pas ou autre). Si tu as des conseils, je suis preneuse ! Tu m’aiderais beaucoup !

    Je te souhaite beaucoup de courage et tu as déjà fait un parcours incroyable !
    A très vite,
    Sara

    répondre

  • bonjour ,je suis aller chez une hypnothérapeute ,sa c’est très bien passer avec elle mais pour vous dire si sa fonctionne c’est autre chose j’attends un de clique que pour l’instant rien ,si a part une chose je pense presque plus au père de mes enfants avec qui j’ai beaucoup souffert part contre le lendemain de ma science j’étais très fatigué ou j’ai beaucoup dormi sa ma fait beaucoup de bien ,elle ma donner un autre rendez vous ou je trouve que pour moi se n’est pas suffissent ,est ce normal de faire une science part moi ,merci de votre réponse cordialement ,fatinette.

    répondre

    • Bonjour Fatinette, en effet il ne faut pas en attendre un miracle ou un déclic : c’est aussi ce que j’espérais et j’étais déçue au départ. Mais en réalité, les choses bougent tranquillement, il faut être patient :) Les séances ne doivent pas être trop rapprochées, c’est normal : c’est bien de se laisser un peu de temps pour digérer entre deux séances.

      répondre

  • Bonjour, où en êtes vous aujourd’hui ? Avez-vous encore cette phobie ?

    répondre

    • Bonjour, oui j’ai toujours cette phobie, mais je suis nettement moins angoissée qu’avant. Je poursuis ma thérapie comportementale pour espérer aller de mieux en mieux. Comme le dit ma psy, l’objectif n’est pas forcément de guérir à 100%, mais si on peut déjà faire bouger le curseur et diminuer l’angoisse de 50 ou 60%, c’est un énorme pas en avant :)

      répondre

  • Je fais de l’hypnose aussi , apparemment moi ce serais la nouvelle hypnose . J’ai fais trois séances , espace de plus d’un mois chacune . Ca allais mieux àvant la troisième que j’ai faites le 18 mars mais depuis j’ai résombre est ce normal ? Comment savoir si je suis receptif ?

    répondre

    • Le mieux est d’en parler à votre thérapeute :) La mienne me disait souvent qu’une séance continuait d’agir pendant plusieurs jours : ça continue à travailler dans la tête… Mais je ne peux pas me substituer à un professionnel : discutez-en avec lui, vous y verrez plus clair ! Bon courage :)

      répondre

  • Merci pour ton témoignage. Je suis claustrophobe et j’ai pris rdv avec un hipnothérapeute. J’ai mon 1er rdv le 4 juin. J’ai envie de bébé mais n’arrive pas à franchir le pas par peur des angoisses que ça peut me provoquer lors de la grossesse :(
    Je veux m’en sortir!!! Bonne chance et bravo pour tous tes progrès :)

    répondre

  • Bonjour ,
    J’ai exactement la elle phobie que toi et sa comment vraiment à me gâcher la vie , ton article m’a vraiment plu je voudrai savoir quel thérapeute as tu ete voir ?

    répondre

  • Bonjour,
    En cherchant « hypnose » sur internet, je suis tombé sur votre article aussi intéressant que touchant. C’est une thérapie à laquelle je pense non sans quelque appréhension : peur peut-être stupide de divaguer ou de ne plus être maître de moi-même. On vient de me donner l’adresse de quelqu’un qui la pratique et je vais peut-être franchir le pas. Jusqu’à présent, seuls les antidépresseurs m’ont permis (plus ou moins) de supporter une terrible hypocondrie : il n’y a pas un mois qui passe sans que je voie au moins un ou deux médecins et que j’imagine avoir quelque chose de très grave (cancer, parkinson, alzheimer, cécité prochaine, etc.) ; c’en est parfois tragi-comique.
    Bon courage à vous.
    Thierry

    répondre

    • Je vous rassure, vous restez conscients tout au long de la séance, le thérapeute ne pourra pas vous faire faire quelque chose que vous ne souhaitez pas faire ! Bon courage, je vous souhaite de vous en sortir :)

      répondre

  • Bonjour,
    Je suis également dans le même cas, peux tu me transmettre les coordonnées de ton hypnotiseur stp
    Merci

    répondre

  • Bonjour,
    en plus d’avoir le même prénom que moi, je découvre que tu as la même phobie… Je me retrouve beaucoup dans tout ce que tu dis (tes peurs, angoisses ; par exemple, j’adore mes amies, mais quand elles me proposent un restau, c’est la panique, ou même pire : les repas dans ma belle-famille ahah. De plus, je suis de nature très menue, alors quand je mange peu à cause du stress, les gens pensent direct que je suis anorexique, c’est juste insupportable…). Bref, assez de raconter ma vie ^^, j’aimerai beaucoup tester l »hypnose pour m’aider, et « guérir » de ma phobie, mais je ne sais pas où trouver un bon thérapeute… Est-ce que tu peux, s’il te plait, me donner les coordonnées de ton hypnotiseur ?

    Merci d’avance, en espérant que depuis la publication de ton article tu as réussi à vaincre tes angoisses.

    répondre

  • Bonjour, est il possible d’obtenir les coordonnées de ta thérapeute stp?
    J’ai moi même plusieurs phobies et une envie très forte de m’en sortir !
    Merci pour ton aide :)

    répondre

  • Bonjour , j’ai lu votre article , j’ai beaucoup de problème par rapport à cette phobie , je ne manger plus , je stresse tout le temps donc j’ai mal au ventre et comme j’ai mal au ventre j’ai peur de vomir donc je prend direct dès vogalene , je suis devenu parano dans la rue la moindre petite tache me fait peur , les restaurant , le lycée .. Tout .. Ma mere Qui ne comprend pas et me dit d’arête mon cinéma .. Je ne sait plus quoi faire , pouvez vous m’aider s’il vous plaît ? ?

    répondre

    • Bonjour Mathilde, je ne peux malheureusement pas vous aider mais je comprends ta souffrance. Peut-être que tu peux en parler sérieusement à ta mère, lui expliquer que tu souffres, et essayer de consulter un médecin ? Un psychiatre, un psychologue… Si l’infirmière du lycée est compréhensive, peut-être que tu peux t’adresser à elle également. Sinon, quelques petits conseils faciles à appliquer : ne te couche pas trop tard, car la fatigue est le pire ennemi du phobique ; fais des exercices de relaxation et de méditation, tu peux en trouver sur Internet, ça aide beaucoup, il faut persévérer et être régulier, et au bout d’un moment, on voit vraiment des progrès. Voila, bon courage, tu n’es pas seule :)

      répondre

  • Bonjour,
    cela fait maintenant 1 an que je fais pas mal de crises d’angoisses et depuis cet été je me suis créer une réel phobie du réchauffement climatique, je suis quelqu’un de très terre à terre, mon plus gros problème je pense est le fait que je réfléchie vraiment trop. J’ai essayé d’aller voir un psychiatre, mais (je ne sais pas s’il était pas bien) ça n’a qu’empirer les choses, ça ma plus perturbée qu’autre chose… j’ai essayé aussi un magnétiseur ( avec qui j’avais eu plusieurs rendez-vous auparavant pour d’autres raisons moins importante, et ça marchait vraiment bien! ) mais la à mon niveau ça n’a pas marché…
    on me pousse à aller voir un hypnotiseur mais j’avoue que ça me fait peur.. vous dites ressentir des palpitations au cœur, ce qui m’arrive très régulièrement durant mes crises. Donc cela m’inquiète si jamais j’en fait au cours d’une séance je ne sais comment je vais réagir.
    je n’ai que 23 ans, et je me force à sortir alors qu’à la base j’aime ça. J’ai peur de perdre mon ami à force d’être toujours mal, même si l’est toujours à mes soins et compréhensif.. je veux réellement me guérir mais je n’arrive pas à voir le bout, je commences à saturer et j’ai vraiment l’impression de devenir folle… pourtant je sais que je ne le suis pas… c’est dure… tout ça pour vous demandez si dans mon cas, ça pourrait marcher sur moi ?

    désolé pour le roman!

    répondre

    • Bonjour, je ne suis pas médecin et je ne peux pas vous dire ce qui fonctionnera ou pas ; en revanche, ce qui est sûr, c’est que vous ne pouvez pas rester dans cet état là, c’est une trop grande souffrance. Pour les psychiatres, effectivement il faut trouver le bon, et parfois ça nécessite d’en « essayer » plusieurs. C’est pareil pour l’hypnose, les praticiens sont tous différents, il faut trouver celui avec qui vous vous sentirez le plus à l’aise. Et puis, dans les « petites » astuces : dormez suffisamment, mangez correctement, faites de la relaxation ou de la méditation… ça aide beaucoup !

      Quant aux palpitations : chaque personne réagit différemment à l’hypnose, et chaque séance est différente. Si cela vous inquiète, il suffit d’en parler avec le thérapeute, il saura vous rassurer :)

      Bon courage en tous cas !

      répondre

  • Bonjour Juliette,

    Déjà un grand merci pour ton témoignage ! J’ai eu l’impression de me lire.
    Je me sens moins seule maintenant !
    Je suis comme toi ! Emetophobe 😔 Cela me pourrit la vie depuis de longues années !
    J’ai rdv mercredi prochain pour une séance d’hypnose j’espère être réceptive pour que mes angoisses diminue un peu car ça devient invivable.
    J’ai 3 enfants dont 2 qui ont été pris de vomissements et je ne gère plus du tout mes angoisses…
    Je prend du rescue (fleur de Bach) pour essayer de pallier tout ça mais bon..
    En tout cas merci pour ton super témoignage.
    Tu en es ou maintenant ? Ta phobie te paraît loin ?
    A bientôt et au plaisir de te lire
    Lou

    répondre

    • Bonjour Lou, c’est chouette que tu testes l’hypnose, j’espère que ça te fera du bien :) Après, attention de ne pas en attendre un miracle, il faut parfois plusieurs séances et ça ne fait pas partir la phobie d’un coup de baguette magique. En revanche, ça aide, ça c’est sûr ! De mon côté, il y a des hauts et des bas, mais de plus en plus de hauts quand même, j’ai bien progressé. Je sais que ça n’est pas encore gagné mais je ne fais plus de grosses crises d’angoisse, je mange mieux, et je continue les séances d’auto-hypnose quand j’en ressens le besoin :) Bon courage pour ta séance !

      répondre

  • je suis très stresses et cela handicape, j’anticipe toujours ce qui arrive et voila je suis fatiguée ma tête n’est vraiment jamais au repos ma tète travaille toujours en plus j’ai des acouphènes cela me fatigue beaucoup j’aimerais être la tête au repos j’étais manipulatrice en radiologie pendant 40 ans j’aimais Mons travail j’ai 76 ans et je ne sais plus quoi faire aller au cimetière peut être… car c’est trop fatigant je ne peu plus sortir car cela me donne une tête des nausées pouvez vous faire qq chose pour moi car je suis désespérée j’ai 76 ans mais je suis en bonne santés par ailleurs. Cordiale Marie l

    répondre

  • je suis toujours stressée ma poitrine me serre je me suis mariée a 17 ans et je n’étais pas prêts mais nous avons eu deux beaux enfants qui ont 55/ et 60 qui ne nous pose pas de souci mais avec les petits enfants j’anticipe toujours et je me retrouve très stressée en plus j’ai des acouphène et n’ai jamais la tête au repos ce qui me fatigue beaucoup je ne sais plus a qui m’adresser mon mari dit comprendre mais cela ne le dérange pas de me proposer des endroit bruyant ou j’en sort aneanti il ne se rend pas compte des perturbations que cela apporte pourriez vous me conseiller cordialement.

    répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE