Buttons of the menu for mobile version

Social Icons

Logo

Button for mobile menu

Tennis, chat, mythe et secret

Alors que Noël approche, qu’il est bon se réfugier sous un plaid avec un bouquin et des cookies tout chauds (oui, j’ai refait des cookies…) ! Voici quatre nouvelles lectures pour occuper ces longues soirées d’hiver.

L’art et la manière de conclure en beauté, Lauren Weisberger ♥♥

J’ai reçu L’art et la manière de conclure en beauté pour le boulot et j’en ai donc profité pour le lire. C’est un roman trèèès éloigné de ce que je lis habituellement (enfin, je crois) – même si, ado, j’avais adoré Le diable s’habille en Prada, du même auteur.

l'art et la manière de conclure en beauté, lauren weisberger

Charlie est une joueuse de tennis douée mais, à son grand désespoir, elle n’a jamais gagné de tournoi majeur. Après une grave blessure, elle décide de mettre toutes les chances de son côté pour devenir la meilleure… Elle engage un coach tyrannique, s’entraine dur et travaille son image, quitte à renier ses valeurs et à s’éloigner de ses proches. Mais jusqu’où ira-t-elle pour gagner ?

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman qui est, il faut le dire, un peu cliché : la jolie joueuse de tennis américaine, dont la mère est morte, et qui couche avec le plus beau joueur du circuit… La rivale russe, méchante et arriviste… J’ai bien failli abandonner en me disant que ça n’était pas pour moi, que je n’allais jamais rentrer dedans.

Et puis… je dois l’admettre, ça fonctionne : au bout de quelques chapitres, j’avais super envie de connaître la suite (même si elle est sans grande surprise) ! Charlie allait-elle y arriver ? C’est un livre qui se lit facilement et rapidement, qui s’oublie tout aussi rapidement, mais qui divertit et change les idées, et c’est parfois tout ce dont on a besoin. L’art et le manière de conclure en beauté est un bon roman pour la plage ou pour le lendemain de Noël, quand on a envie d’un peu de légèreté !

Le mythe de Cthulhu – H.P. Lovecraft ♥♥♥

Dans l’abîme des profondeurs de vos cauchemars les plus noirs habite un être millénaire. Cet être, un ancien dieu déchu incarnant le Mal absolu, s’est endormi sur Terre en attendant d’être réveillé par ses disciples, des humains qui n’ont jamais abandonné cette religion ancestrale. On ne l’a jamais vu mais on a retrouvé une statuette qui aurait été façonnée plusieurs milliers d’années avant que l’homme n’apparaisse sur Terre. Comment est-ce possible ?

Voici comment Lovecraft a créé le mythe de Cthulhu, le dieu géant à tête de poulpe et ailes de dragon qui a ensuite inondé la culture populaire (note de Juliette : j’avoue que de mon côté, je n’en avais jamais entendu parler… je lis peut-être vraiment trop de chick lit finalement ?).

le mythe de cthulhu lovecraft

Le mythe de Ctuhlhu est un recueil de nouvelles sombres qui ont pour objet des individus qui se trouvent, malgré eux, en contact avec cette religion démoniaque. L’ouvrage, pas très épais, se lit comme du petit lait, mais avec un peu d’appréhension tout de même, Lovecraft étant un génie de l’intrigue qui fait flipper.

Avec toutes les références qui lui sont faites dans les oeuvres actuelles, difficile de passer à côté de ces quelques récits qui ont servi de base au développement du mythe. Même si ça fait peur, je le recommande vivement !

20 ans avec mon chat – Mayumi Inaba ♥

Celui-ci, je l’ai acheté pour son titre ! Dans 20 ans avec mon chat, on suit la vie d’une femme écrivain, à partir du moment où elle recueille un chaton perdu jusqu’au décès de celui-ci, 20 ans plus tard.

20 ans avec mon chat

L’héroïne évoque sa relation avec son chat, quasi-fusionnelle, mais c’est aussi l’occasion de suivre son parcours : son divorce, ses déménagements, ses doutes, son rapport à l’écriture…

J’ai été un peu déçue par ce roman – moi qui suis si fan de l’écriture japonaise habituellement, je n’ai pas trouvé le style de l’auteur très abouti, j’ai même trouvé que c’était assez répétitif (et que ça manquait de la poésie si présente habituellement chez les Japonais).

J’ai aimé retrouver le lien si particulier qu’on peut entretenir avec son animal, mais j’ai étrangement été moins touchée qu’avec Les chats de hasard (que j’ai lu à une période particulière de ma vie, ceci explique peut-être cela – j’avais pleuré toutes les larmes de mon corps). Je ne me suis pas du tout identifiée au personnage, je l’ai trouvée un peu molle et naïve :/

Je sais que parmi vous, certains ont beaucoup aimé ce livre, je suis donc peut-être passée à côté : n’hésitez pas à me donner votre avis !

Le Grand Secret – Barjavel ♥

Deux livres de Barjavel font partie de mon top 10 de tous les temps, à savoir L’Enchanteur (quelle merveille) et La Nuit des Temps (j’ai versé ma petite larme). C’est donc avec entrain que je me suis plongé dans Le Grand Secret, écrit en pleine guerre froide et, malheureusement, trop marqué par son époque.

le grand secret barjavel

Le Grand Secret a pour titre l’objet d’une intrigue qui occupe la bonne première moitié du livre. Des gens disparaissent, des sommités de différents gouvernements partagent ce secret mais vous, lecteur, ne serez mis au courant que bien plus tard.

En attendant, Barjavel use sérieusement la corde du mystère et cela devient presque ennuyeux d’essuyer des circonvolutions pour ne pas révéler de quoi il s’agit. Et une fois que vous êtes enfin mis au courant (mais bon, avec un peu de sagacité, vous aurez saisi de quoi il s’agissait un peu plus tôt), eh bien cela ressemble à un gros soufflé… qui retombe ! Tout ça pour ça.

J’ai été vraiment déçu par cet ouvrage, à plusieurs titres. D’une part, l’intrigue traine en longueur et souffre également d’un manque de crédibilité. L’histoire se veut plausible… mais quand nos héros se retrouvent sur une île aussi utopique que paradisiaque (je n’en dirai pas plus), rien de tout cela, socialement parlant, ne m’a semblé viable. C’est dommage. Autre point, avec ce livre écrit en 1973 qui se passe dans les années 1960, vous faites un sérieux voyage dans le temps : expressions, contexte politique, connaissances scientifiques… Je me suis rendu compte que malgré tout, le monde a bien changé depuis. Du coup, les leviers utilisés par Barjavel tombent un peu à plat.

Navré pour cette chronique peu enchanteresse, j’imagine que le livre a dû plaire à beaucoup d’entre vous qui l’avez déjà lu. Je me dis que j’aurais dû en fait le lire plus jeune, il me semble très bien pour démarrer sa culture d’anticipation quand on est ado. Tant pis !

Lectures en cours : Cryptonomicon tome 3 pour Gaëtan ; Patience pour moi :)

Tennis, chat, mythe et secret
3 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Je réagis à ta chronique sur « Le grand secret » Gaetan. Je l’ai effectivement lu à l’adolescence et je l’avais adoré. Je crois me souvenir que le monde utopique me faisait rêver et je n’avais pas réfléchi à la vraisemblance du récit. Mais il faut dire que je ne lisais presque que de la littérature d’anticipation dans cette période donc j’étais dans l’ambiance !

    répondre

  • Bonsoir! Je me demandais si Gaëtan avait lu Hyperion, et si oui ce qu’il en avait pensé. Sinon je le lui conseille, ça me paraît dans ses goûts! Bonne semaine

    répondre

  • Bonjour Juliette, je ne commente jamais mais te lis depuis longtemps. J’adore visiter ta bibliothèque :)
    Dans les livres sur les chats, je ne peux que te recommander « Ti Puss » d’Ella Maillart dans lequel elle raconte ses voyages en Inde et sa relation avec une petite chatte qu’elle appelle Ti Puss.

    répondre